Carnets de l'Economie

​Spotify ne veut pas abandonner le modèle gratuit qui "marche"




18/05/2015

Avec l'arrivée attendue du nouveau service de streaming d'Apple, "Beats", pour l'été 2015 le secteur de la musique en streaming est susceptible de fortement évoluer. Surtout car Apple ferait pression sur les majors pour qu'elles ne renouvellent pas les contrats les liants aux services de streaming "gratuit" comme Deezer et Spotify... un soupçon qui vaut à Apple une enquête en cours aux Etats-Unis. Du coup, surfant sur ces rumeurs, certains estimaient que Spotify allait fermer son service gratuit.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Pas fermer complètement, ce qui aurait été un changement radical, mais le limiter dans le temps. A environ trois mois par compte avant de forcer l'utilisateur à prendre un abonnement. Car Spotify aurait aujourd'hui quelques 60 millions d'inscrits mais seulement une dizaine de millions d'utilisateurs avec un compte.

Spotify a tenu à mettre les points sur les "i" et à démentir l'information qu'avait publiée Digital Music News. Le site estimait savoir qu'Universal Music Group et Sony Music Entertainement commençaient à ne plus être en accord avec le streaming gratuit. Selon Spotify c'est complétement faux et le service devrait rester gratuit.

Le démenti a été fait par mail "c'est complètement faux. Le modèle fonctionne" a déclaré le groupe qui s'apprête à faire un bond dans la vidéo en dévoilant, mercredi 20 mai 2015, un nouveau service vidéo lors d'une conférence de presse pour lequel Spotify a contacté diverses entreprises qui créent notamment des vidéos pour Youtube.

Toutefois, la question du gratuit et du payant dans le milieu du streaming musical reste entière. Surtout que le magazine Rolling Stone a pu savoir que les majors commencent effectivement à estimer qu'il faudrait un peu forcer la main des utilisateurs pour les faire payer et prendre un abonnement. 










Décideurs

Ukraine : Larry Fink annonce la « fin de la mondialisation »

Inflation : la BCE ne prévoit plus d’amélioration en 2022

Amazon annonce un stock split 20 pour 1

Bouclier tarifaire : un coût de plus de 20 milliards d’euros