Carnets de l'Economie

​Les salariés de Dailymotion désertent le site depuis l'arrivée de Vivendi




13/07/2016

Décidément, l'arrivée de Vivendi dans une entreprise ne se fait pas sans casse. Le journal Les Echos relate que le site de vidéos en streaming Dailymotion, racheté par Vivendi à Orange en avril 2015, est en pleine crise de management. L'entrée au capital du géant français des médias aurait fait partir plus de la moitié des effectifs qui, malgré les remplacements, n'ont pas encore retrouvé leur niveau d'avant. Et pour certains c'est clairement la faute à Vivendi qui n'a pas compris "l'esprit start-up".


cc/pixabay
cc/pixabay
Le journal Les Echos dévoile mardi 12 juillet 2016 la détresse de Dailymotion. Le site français, qui comptait 220 salariés avant son rachat par Vivendi pour 280 millions d'euros, n'en compterait aujourd'hui que 180. Les 40 manquants à l'appel sont issus de démission non encore remplacées.

Le co-fondateur du site lui-même est parti : Olivier Poitrey a rejoint Netflix et le patron, Cédric Tournau, a été remplacé par un proche de Vincent Bolloré, Maxime Saada, directeur général de Canal+. Désormais, selon les informations des Echos, c'est le directeur général délégué, Martin Rogard, qui serait sur le point de partir.

En tout, toujours selon Les Echos, c'est une centaine de salariés qui sont partis de Dailymotion depuis l'arrivée de Vivendi au capital. Ils regrettent une incompatibilité de fonctionnement entre le géant des médias et la petite start-up. " La moindre petite demande met 15 jours à être validée, contre 2 heures auparavant. Là où Orange avait compris comment fonctionne une start-up et avait laissé la société autonome, Vivendi veut tout contrôler" déclare-t-on à Dailymotion.

Du coup, le site craint l'absence de croissance pour l'année 2016 alors qu'il espérait passer d'un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros en 2015 à près de 100 millions cette année.










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs