Carnets de l'Economie

Twitter relève sa fourchette d'entrée en Bourse




04/11/2013

Prévue pour le 7 novembre prochain, l'entrée en Bourse de Twitter continue de faire parler d'elle.


Plus de 500 millions de tweets sont envoyés chaque jour.
Plus de 500 millions de tweets sont envoyés chaque jour.
Le réseau social vient en effet de relever la fourchette de prix envisagée pour cette entrée, visant désormais un prix unitaire de 23 à 25 dollars, contre 17 à 20 dollars prévus jusqu'alors. Le relèvement de cette fourchette lui permettrait de lever jusqu'à deux milliards de dollars, contre 1,6 milliard anticipés au maximum jusqu'à présent.

Il s'agirent alors de la plus grosse opération boursière du secteur Internet depuis plus d'un an. A ce sujet, Twitter souhaite à tout prix éviter les erreurs commises par Facebook lors de sa propre introduction en Bourse, sur le Nasdaq, en mai 2012. Pour ce faire, Twitter devrait introduire sur le marché, dans un premier temps, seulement 13 % de ses actions.

Grâce à cette introduction, Twitter pourrait être valorisé à 11 milliards de dollars. On est certes très loin des 100 milliards obtenus par Facebook pendant quelques minutes, le jour de l'introduction, mais il faut rappeler que le cours du réseau de Mark Zuckerberg s'était effondré par la suite. Et ce n'est qu'en août dernier, que Facebook a renoué avec son prix d'introduction. De plus, Twitter accumule encore des pertes.

Enfin, et il s'agit encore d'une conséquence des déboires de Facebook, Twitter a choisi le New York Stock Exchange et non pas le Nasdaq pour se faire coter. Une véritable humiliation pour ce dernier qui avait vu ses systèmes informatiques se bloquer lors des premières minutes de cotation de Facebook.

Twitter compte à l'heure actuelle 232 millions d'utilisateurs actifs tous les mois et diffuse plus de 500 millions de tweeds par jour. Des chiffres qui devraient séduire malgré tout les investisseurs...










Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023