Carnets de l'Economie

Twitter rachète 900 brevets à IBM et enterre la hache de guerre




03/02/2014

Une des faiblesses de Twitter est l’absence de brevets. La firme, très jeunes, n’a en effet que très peu investi dans la recherche et le développement si bien qu’il s’agit probablement d’une des multinationales du domaine Internet avec le moins de brevets au monde. Problème, cette absence de brevets entraîne un fort risque, pour Twitter, de se retrouver face à un juge pour violation de brevet.


cc/flickr/Rosauro Ochoa
cc/flickr/Rosauro Ochoa
IBM a d’ailleurs intenté une procédure contre Twitter à la veille de l’entrée en Bourse du réseau social de micro-blogging. Twitter était accusée d’avoir violé au moins trois des brevets déposés par IBM, en particulier dans le domaine de la publicité, du système de recherche des contacts et des « resource locators ». Autant de notions plus que centrales dans le fonctionnement du réseau social.

Cette plainte a fait prendre conscience à Twitter de la nécessité de se protéger. En effet, en septembre 2013 Twitter ne détenait que 9 brevets et 95 demandes de dépôt en attente. Le risque de voir se multiplier les plaintes à son encontre était donc très important, un risque qui a été avoué par les responsables de Twitter eux-mêmes.

Ainsi, avec l’accord que le réseau social a signé avec IBM, Twitter se protège un peu plus pour la suite des événements. Non seulement elle signe un contrat de licences croisées pour près de 900 brevets détenus par IBM, mais en plus elle clos, ainsi faisant, la plainte qu’IBM avait déposée à son encontre.

Toutefois, le réseau social aux quelques 500 millions d’utilisateurs dans le monde n’a pas dévoilé les détails financiers de cette accord de licence avec IBM mais qui lui permet de se lancer un peu plus tranquille vers le e-commerce qui devrait être la nouvelle étape d'expansion de la société.










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?