Carnets de l'Economie

Transition écologique : Elisabeth Borne veut des engagements des chefs d'entreprise




Olivier Sancerre
26/05/2020

Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, a demandé à près d'une centaine de chefs d'entreprise de prendre des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique.


90 grands patrons sous pression

Dans un courrier de trois pages, Elisabeth Borne enjoint 90 grands patrons pour les pousser à mettre en œuvre leurs engagements en faveur de l'environnement. Ces chefs d'entreprise avaient signé début mai une tribune dans Le Monde dans laquelle ils se disaient en faveur d'une « relance verte » après la crise sanitaire. Parmi les signataires, se trouvent notamment les patrons de Renault, Airbus, Thales, Michelin, EDF, Danone, et même le président du Medef. « Je les appelle à démontrer leurs engagements avec des mesures concrètes que j'ai listées. Je souhaite être à la fois exigeante et constructive », a expliqué au Journal du Dimanche la ministre de la Transition écologique pour qui son courrier doit être considéré comme une « mise en demeure ».

La présence de Geoffroy Roux de Bézieux en tant que signataire de cette tribune a été jugée d'autant plus étonnante que son organisation avait demandé un report de six mois dans la mise en œuvre des mesures environnementales. L'objectif pour le patron des patrons était de protéger les secteurs très touchés par le confinement et la suspension quasi-totale de l'activité économique.

Possible conférence en juin

Elisabeth Borne propose un grand rendez-vous à son ministère en compagnie des patrons de ces grandes entreprises, une rencontre qui aura sans doute lieu au moins de juin. « La manière et la date à laquelle ces engagements seront formalisés sont encore en cours de définition. Nous sommes en train d'échanger avec les entreprises », explique-t-on du côté du ministère. Il s'agira pour les dirigeants d'annoncer et d'officialiser leurs engagements.

La ministre veut que les entreprises s'engagent rapidement à des mesures de court terme comme la mise en place d'un forfait à 400 € pour les salariés se rendant au travail à vélo ou en covoiturage, un repas végétarien par semaine, ou le remplacement des chaudières au fioul. Elisabeth Borne veut aussi les pousser à prendre des dispositifs de plus long terme pour aider la France à atteindre la neutralité carbone en 2050.










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?