Carnets de l'Economie

Thomas Cook France vendu à la découpe




Olivier Sancerre
28/11/2019

La moitié des emplois et une grande partie des agences Thomas Cook France vont être finalement repris, après le placement en redressement judiciaire de la filiale française du voyagiste britannique.


11 repreneurs sauvent la moitié des emplois

Le tribunal de commerce de Nanterre a rendu son verdict : Thomas Cook France va être vendu à découpe, 11 repreneurs se partageant les actifs de l'entreprise en redressement judiciaire depuis le mois d'octobre. Le tribunal avait reçu 18 offres de reprise partielle, dont celle d'un consortium de neuf sociétés, dont Havas Voyages, Karavel/Promovacances ou encore Esprit de Voyage. Ce dernier reprend 141 agences sur les 174 qu'exploitait Thomas Cook France en nom propre (les 247 points de vente franchisés ne sont pas concernés par la procédure). En tout, ce sont 149 agences qui sont reprises.

Dans un communiqué, le voyagiste explique qu'« afin de sauver et pérenniser un maximum d'emplois, le tribunal a jugé en faveur de la reprise par divers repreneurs de 149 agences, et d'une partie de l'activité "groupes" pour 25 collaborateurs, soit un total de 347 postes repris ». L'entreprise regrette que malgré les efforts des administrateurs judiciaires et du management, « 25 agences et l'essentiel des collaborateurs rattachés au siège ne sont pas repris ». 

Reprise d'une grande partie des agences

Thomas Cook France, qui a subi de plein fouet la faillite inattendue de la maison-mère britannique, emploie 685 salariés en CDI. Un comité central d'entreprise aura lieu ce vendredi, durant lequel les instances représentatives du personnel seront consultées sur le « projet de licenciement collectif pour motif économique des salariés non repris ». Ce redressement judiciaire est un crève-cœur manifestement pour la direction de l'entreprise.

La société a affiché un chiffre d'affaires de 750 millions d'euros durant son dernier exercice qui s'est achevé fin septembre. Environ la moitié des ventes provient de l'activité de distribution, l'autre moitié a été réalisée par le tour-opérateur Jet Tours, propriété de Thomas Cook France. La filiale a essuyé une perte de 26 millions d'euros sur le précédent exercice.