Carnets de l'Economie

Téléphonie mobile : les Français consomment toujours plus




Anton Kunin
21/12/2016

La consommation de données et de SMS progresse, les Français détiennent toujours plus de forfaits, mais le revenu des opérateurs est en baisse, révèle l’Observatoire annuel de l’Arcep, le régulateur français des télécoms.


Les données, un moteur de croissance

En 2015, les Français utilisaient encore plus leur portable que dans les années précédentes : si les communications voix affichent un léger recul, tous les autres postes de consommation sont en hausse.
La progression des usages la plus spectaculaire concerne l’accès à Internet en itinérance. En 2015, les volumes de données échangées en 3G ont connu une hausse de 13,6 %; celles échangées en 4G affichaient une progression de 83,1 %.
Nos compatriotes ont envoyé 3 % de plus de SMS en 2015. Les MMS ont connu une progression encore plus importante : +24,6 % sur un an. Cet engouement s’explique principalement par le fait que les MMS sont désormais inclus dans les forfaits.
Les communications voix sont en perte de vitesse pour la deuxième année consécutive : elles affichent un recul de 0,5 % en 2015, après une baisse de 0,7 % en 2014.

Les forfaits, toujours plus populaires

Autre constat de l’Observatoire de l’Arcep : les forfaits continuent à conquérir les consommateurs : les opérateurs comptaient 2,4 millions de plus de contrats de ce type souscrits en 2015 qu’en 2014. Parallèlement, les cartes SIM prépayées continuent leur repli (-2 millions en 2015). Cette tendance s’inscrit également dans la durée : depuis 2001, les Français abandonnent progressivement le prépayé (seuls 17 % des clients utilisaient ces cartes SIM en 2015, contre 49 % en 2001). Les forfaits ont séduit 83 % des Français aujourd’hui, contre 51 % en 2001.
Le prix moyen des forfaits souscrits s’élévait à 16,4 euros, soit un recul de 0,8 euro par rapport à 2014.

Le fardeau des redevances pèse sur les opérateurs

Quid du revenu des opérateurs ? Pas très en forme, révèle l’Arcep : après un pic en 2010, il n’a cessé de baisser tous les ans, pour représenter 14,140 milliards d’euros en 2015, contre 14,621 milliards en 2014 et 19,405 milliards en 2010. La croissance du marché des forfaits ne permet donc pas d’enrayer la chute du revenu que ces offres procurent. Un phénomène qui s’explique par les baisses de tarifs, mais surtout par une hausse spectaculaire des investissements engagés par les opérateurs : 10,6 milliards d’euros en 2015, soit 51 % de plus qu’en 2014. Par ailleurs, sur ces 51 %, 41 % sont dus à la hausse des redevances d’usage des fréquences.
Bonne nouvelle pourtant pour les opérateurs : le revenu tiré de la vente et de la location de terminaux mobiles (2,2 milliards d’euros en 2015) progresse fortement (+14,2% en un an en 2015).










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs