Carnets de l'Economie

Retraites : vers un bonus-malus pour inciter à travailler davantage




Olivier Sancerre
10/06/2019

Alors que se profile la réforme des retraites, l’âge de départ à la retraite à 62 ans ne devrait pas changer. Mais le gouvernement cherche à inciter les Français à travailler davantage.


Travailler au-delà des 62 ans afin de se constituer une meilleure retraite… et permettre aux finances du système par répartition de s’équilibrer, c’est un des objectifs du gouvernement au travers de la réforme des retraites, qui devrait être présentée à la rentrée. Les balises sont claires : Emmanuel Macron a réitéré en avril sa position : l’âge de départ à la retraite reste fixé à 62 ans. En revanche, le chef de l’État entend pousser les Français qui le peuvent à travailler davantage. Un discours identique à celui d’Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, qui a expliqué récemment que pour trouver l’équilibre, le système des retraites devait compter des départs à 63 ou 64 ans.

 

Comment résoudre la quadrature du cercle ? Selon Challenges, Matignon et l’Élysée auraient donné leur aval à un système de bonus-malus autour de l’« âge-pivot » de 64 ans. L’idée est la suivante : les actifs qui prendront leur retraite entre 62 et 64 ans verraient leur pension se réduire, quand ceux qui partiront après 64 ans bénéficieront d’un bonus. Toujours d’après le magazine, ce dispositif entrerait en vigueur le 1er janvier 2025. Sans toucher à l’âge légal de départ à la retraite…

 

Du côté de l’entourage du haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, on affirme qu’aucun arbitrage n’a encore été rendu. Et pour cause, les conclusions du rapport ainsi que les pistes visant à améliorer le système de retraite seront remises cet été. De quoi alimenter la réflexion du gouvernement et des députés. Ce qui est certain, c’est que le rapport proposera des suggestions pour l’incitation à travailler davantage.



Tags : Retraites













International
Daily news and analysis for corporate & political leaders