Carnets de l'Economie

Publicités frauduleuses : le groupe Barrière saisit l’ANJ




La Rédaction
09/02/2024

Le groupe Barrière a saisi, ce mois de janvier, l’Autorité nationale des jeux (ANJ) pour des faits s’usurpation d’image de marque pour la promotion de jeux frauduleux. Une campagne en ligne massive, diffusée notamment par des faux comptes sur Facebook et Instagram, qui a suscité une mise en garde de la part du régulateur.


Publicités frauduleuses : le groupe Barrière saisit l’ANJ
Le célèbre groupe hôtelier et de casinos Barrière a annoncé avoir saisi l’Autorité nationale des jeux (ANJ) pour des faits de fausses publicités en ligne usurpant sa marque, a révélé Le Figaro via l’AFP au début du mois de janvier.

Une usurpation de la marque Barrière sur les réseaux sociaux

Les faits allégués remonteraient au mois de novembre 2023 : une campagne massive de diffusion de campagnes promotionnelles pour des jeux en ligne usurpant l’identité de marque du groupe Barrière. Selon le groupe, « près de 200 faux profils » auraient relayé, sur les réseaux sociaux de META Facebook et Instagram, une page « reproduisant en tout point les codes visuels de la boutique d'applications Google Play Store ». Les utilisateurs étant ensuite redirigés vers des sites d’opérateurs en ligne étrangers « tous domiciliés au Curaçao », dans les Caraïbes. L’existence d’une fausse application « Barrière » sur l’App Store d’Apple a également dénoncée par le groupe.

Dès le mois de novembre 2023, le groupe Barrière avait porté plainte pour utilisations frauduleuses de son image et diffusion d’activités de jeux en lignes illégales. Le Directeur Général du groupe Barrière, Grégory Rabuel, avait alors estimé que « les sites de casino en ligne, illégaux et interdits en France, constituent un véritable danger pour les joueurs, une concurrence illégale pour les opérateurs français légaux de jeu, un préjudice majeur pour les finances publiques et un véritable risque de blanchiment d’argent et de financement d’activités illicites ».

Une mise en garde officielle de l’ANJ

Au total, près de 2 400 de ces fausses publicités usurpant l’image de marque du groupe Barrière auraient été diffusées. Mais cela ne s’arrête pas là : les groupes Partouche et Joa auraient également été victimes du même phénomène.

Le 30 janvier, l’ANJ a diffusé un communiqué pour mettre en garde « contre les sites de casinos en ligne non autorisés qui usurpent sur Facebook des marques de casinos français ». L’ANJ d’y préciser le modus operandi des usurpateurs : création de faux profils usurpant l’image de marque des sociétés ciblées ; publication de liens redirigeant vers de fausses pages de téléchargement d’applications mobiles renvoyant vers des sites illicites de jeux d’argent. Au total, l’ANJ affirme avoir signalé 400 URLs à la société META, permettant ainsi la clôture de 137 comptes utilisateurs.

L’ANJ recommande de consulter directement la liste des opérateurs agréés, de même que la « Liste noire des sites de jeux d’argent ayant fait l’objet d’un blocage administratif ».









Décideurs

Nvidia : capitalisation record, Google et Amazon battus

Crédits toxiques : BNP Paribas solde le conflit Helvet Immo

Taux d'usure 2024 : la fin de la mensualisation ?

Titres-Restaurant : les règles changent à nouveau en 2024