Carnets de l'Economie

Pour redresser EuropaCorp, Luc Besson préfèrerait un fonds américain à Pathé




Olivier Sancerre
14/07/2019

Le groupe Pathé semblait bien parti pour devenir le partenaire d'EuropaCorp dans sa tentative de restructuration. Mais Luc Besson en aurait décidé autrement.


Pathé, qui a déjà repris les salles de cinéma d'EuropaCorp, paraissait sur le papier comme le chevalier blanc idéal pour aider le studio à redresser ses comptes. Mais finalement, Luc Besson le patron de l'entreprise aurait choisi un autre partenaire, selon le Journal du Dimanche. Le réalisateur a signé, le 3 juillet dernier, un accord avec Vine, un fonds américain de gestion alternative qui a déjà beaucoup investi dans le secteur du divertissement : 700 millions de dollars… dont 100 millions dans EuropaCorp. Si l'accord est validé par le tribunal de commerce de Bobigny, Vine pourra alors convertir les créances du studio en parts de capital.

EuropaCorp fait face à une échéance importante : en octobre, il devra rembourser des dettes à hauteur de 229 millions d'euros. Une gageure, alors que l'entreprise accuse une perte de près de 89 millions d'euros cette année. Le studio paie toujours le flop relatif au box office de « Valerian et la Cité des Mille Planètes », le dernier blockbuster de Luc Besson. « Anna », son nouveau film sorti aux États-Unis et en France, ne donne pas non plus l'impression de connaitre un grand succès.

Pathé, qui lorgnait sur le catalogue de 800 films détenu par EuropaCorp, avait fait une première offre de reprise qui a été retoquée. Le prétendant n'avait pas proposé de volet sur la restructuration des dettes existantes du studio. Le choix de Vine pourrait rassurer les créanciers en raison de sa solidité : le fonds apporterait dans ces conditions des garanties de remboursement des dettes.


Tags : europacorp















Réflexions
La Revue de Management et de Stratégie est une revue académique, 100% en ligne, spécialisée en sciences de gestion.