Carnets de l'Economie

Plus 1 Français sur 2 a déjà acheté en ligne




13/09/2016

La transformation se confirme : les magasins physiques n'ont désormais plus la cote face aux magasins virtuels (de chaînes et indépendants) qui poussent comme des champignons. Entre accès à un catalogue bien plus vaste (on peut acheter aux Etats-Unis ou au Japon pour le peu qu'on paye les frais de livraison et les frais de douane), rapidité et praticité, de plus en plus de Français se sont laissé convaincre par ce nouveau mode de consommation au deuxième trimestre 2016.


cc/pixabay
cc/pixabay
La transformation se confirme : les magasins physiques n'ont désormais plus la cote face aux magasins virtuels (de chaînes et indépendants) qui poussent comme des champignons. Entre accès à un catalogue bien plus vaste (on peut acheter aux Etats-Unis ou au Japon pour le peu qu'on paye les frais de livraison et les frais de douane), rapidité et praticité, de plus en plus de Français se sont laissé convaincre par ce nouveau mode de consommation au deuxième trimestre 2016.

Selon le dernier rapport de la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad), la situation est simple : les Français sont plus de la moitié à avoir fait un achat sur Internet en 2015. Publié le 12 septembre 2016, le rapport annonce 36 millions de cyberacheteur en France en 2015 dont 1,3 million qui ont passé le cap du premier achat sur Internet en 2015. De quoi conforter la croissance du secteur.

Mieux : les achats se font de plus en plus souvent et, toujours selon le rapport Médiamétrie pour la Fevad, près d'un internaute français sur deux (48 %) a acheté quelque chose sur Internet dans les 6 derniers mois. Le rapport se concentre sur les produits d'habillement ou de mode, les moins susceptibles d'intéresser les cyberacheteurs : acheter un livre sur Internet est facile, le livre est le même qu'en magasin. Mais un vêtement, il faut l'essayer : c'est donc le secteur le moins apte aux achats en ligne et pourtant... ça fonctionne !

La Fevad est donc confiante sur le succès des achats en ligne et sur la croissance du secteur : lors du deuxième trimestre 2016 le nombre de transactions a augmenté de 21 % ce qui compense la baisse du panier moyen de 5 % (75,50 euros). 17,4 milliards d'euros ont été ainsi dépensés en ligne entre avril et juin 2016 ce qui permet à la Fevad d'espérer franchir le cap des 70 milliards d'euros de chiffre d'affaires en ligne en 2016.

Une telle croissance fait, forcément, des envieux. Si Amazon reste le roi incontesté des Marketplace avec 15 millions de visiteurs uniques par mois, les sites de vente en ligne ne cessent de se créer. En 2016 la barre des 200 000 sites pourrait être franchie en France, comme le prévoyait la Fevad dès 2015.










Décideurs

Bernard Arnault : grand perdant de la Covid-19 parmi les milliardaires

Monsanto condamnée en appel dans l’affaire Roundup

Transport routier : la réforme européenne adoptée, vives critiques à l’Est

Jeff Bezos bat son propre record de richesse