Carnets de l'Economie

Pas de hausse de la fiscalité pour assainir les comptes publics




Olivier Sancerre
04/04/2020

Les entreprises auront la possibilité de reporter leurs échéances sociales et fiscales d'avril, comme cela a été le cas pour celles de mars, annonce Gérald Darmanin.


Des recettes fiscales et sociales en forte baisse

Le ministre de l'Action et des Comptes publics a fait le point pour Ouest France sur le nombre d'entreprises de moins de 50 salariés ayant bénéficié d'un report du paiement de l'impôt et des charges sociales pour le mois de mars : elles sont 32.000 à avoir demandé un report fiscal, ce qui représente plus de 2 milliards d'euros de manque à gagner pour les caisses publiques. 530.000 entreprises ont obtenu un report de charges dues aux Urssaf, soit 3,6 milliards d'euros. Le gouvernement propose aussi de reporter les échéances dues en avril. Par ailleurs, 450.000 très petites entreprises bénéficieront d'une aide de 1.500 € dès ce lundi.

Le dispositif de chômage partiel, pour lequel le gouvernement a provisionné 8,5 milliards d'euros, est prévu pour durer deux mois. Il pourrait se poursuivre au-delà si les conditions l'exigeaient. « S’il faut rajouter des crédits nous le ferons », assure le ministre. En revanche, l'hypothèse d'une annulation pure et simple des charges n'est pas prévue, du moins pas encore : « il est encore trop tôt pour débattre de ce que nous ferons des charges et impôts reportés ».

Pas de rétablissement de l'impôt sur la fortune

Gérald Darmanin rappelle que ces recettes sont « essentielles » pour le financement des prestations sociales, des hôpitaux et des retraites : « Alors que nous avons moins de recettes, nous continuons à assumer toutes ces dépenses ». C'est la dette qui permet à l'État de financer toutes ces mesures. Le ministre se félicite de bénéficier de finances publiques « saines » : « Les efforts faits depuis 2017 nous permettent d’avoir des reins plus solides pour emprunter ». La signature de la France sur les marchés financiers est solide, ce qui permet au pays de bénéficier de taux plus avantageux que d'autres.

Par ailleurs, si le temps de la reconstruction n'est pas encore arrivé, il n'est pas question de rétablir l'impôt sur la fortune, pourtant réclamé par une partie de l'opposition. « La politique économique mise en place par le gouvernement portait ses fruits avec une baisse du chômage dans toutes les catégories et sur tout le territoire, une croissance supérieure à celle de nos voisins », explique le ministre, qui assure que la sortie de la crise ne passera pas par une augmentation de la fiscalité.


Tags : impôts








Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?