Carnets de l'Economie

PSA et Renault tiennent bon dans un marché automobile moribond




03/12/2013

Si on met de côté l'arrivée houleuse de Carlos Tavares à la tête de PSA et le départ mouvementé de Philippe Varin, force est de constater que Renault et PSA tiennent bon, face à un marché automobile déprimé. En novembre dernier, leurs immatriculations étaient même supérieures à la tendance du marché français.


Il faut dire que novembre comptait cette année deux jours ouvrables de moins par rapport à novembre 2012. Ce qui fait qu'en données publiées, les immatriculations mensuelles de France ont reculé de 4,4 % en novembre, à 168 000 véhicules environ. Un coup dur pour le marché automobile français après deux mois dans le vert.

 

Mais en termes de jours ouvrables comparables, la tendance est meilleur, avec une progression de 5,7 %. Le président du CCFA, Patrick Blain, se lamente cependant que le marché reste morose. "On ne remonte pas, même s'il est vrai, également, qu'on a cessé de s'enfoncer" a-t-il déclaré.

 

Néanmoins, dans un tel cadre, novembre reste un mois correct pour les groupes français, dont chaque marque fait mieux que le marché en général. C'est le cas de Renault qui a vu ses immatriculations augmenter de 3,1 %, grâce notamment à Dacia dont les ventes ont décollé de 19,2 %. 

 

PSA sort également la tête de l'eau après un début d'année houleux. Peugeot progresse de 4,1 % et Citroën de 0,1 %. Et pour la suite, le constructeur se veut optimiste, son portefeuille de commandes serait même supérieur de 20 % à ce qu'il était à la même période, il y a un an. 

 

Cependant les constructeurs ne doivent pas perdre de vue l'augmentation de la TVA au 1er janvier, de 19,6 à 20 %. Une décision politique qui pourrait bien relancer les ventes de fin d'année, et peut être même les immatriculations pour le début de l'année prochaine. 











Décideurs

DieselGate : Volkswagen condamnée pour la première fois en France

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches