Carnets de l'Economie

PSA devrait réduire la voilure en Chine




Olivier Sancerre
10/08/2019

Après plusieurs années très difficiles en Chine, le groupe PSA envisagerait une restructuration de grande ampleur sur ce marché compliqué.


Le constructeur automobile français, allié à son partenaire Dongfeng (qui détient 12,1% du capital de PSA), rencontre de nombreux problèmes en Chine. L’an dernier, le groupe a perdu 300 millions d’euros, avec des ventes modestes : 251 000 véhicules vendus en 2018, alors que l’entreprise en avait écoulé 731 000 quatre ans plus tôt. Et le résultat au premier semestre 2019 n’est guère plus brillant, avec des ventes en recul de 62% par rapport à l’année précédente. Les consommateurs se tournent désormais vers les constructeurs locaux, tandis que les tensions commerciales avec les États-Unis n’arrangent rien. C’est pourquoi PSA envisagerait de se séparer de deux des quatre sites d’assemblage que l’entreprise opère à Wuhan, dans le centre de la Chine. Une ligne fermerait, une seconde serait vendue. Cette restructuration aurait pour conséquence de supprimer la moitié des effectifs du constructeur en Chine. Carlos Tavares, le président du directoire de PSA, et son homologue de Dongfeng, Zhu Yanfeng, se seraient entendus sur un accord selon Reuters. Et si les choses ne devaient pas s’améliorer, le constructeur automobile serait prêt à mettre un terme au partenariat… voire à quitter tout simplement la Chine. Les perspectives ne sont guère reluisantes : les ventes globales sur le marché devraient ainsi reculer de 5% sur l’année.


Tags : PSA














Découverte & Lifestyle

Réflexions
La Revue de Management et de Stratégie est une revue académique, 100% en ligne, spécialisée en sciences de gestion.