Carnets de l'Economie

Nucléaire : Anne Lauvergeon critique indirectement le gouvernement




04/12/2013

L'Elysée et Matignon ont du sentir les balles siffler après les propos d'Anne Lauvergeon sur le nucléaire français. L'ancienne présidente d'Areva s'en est pris directement à un objectif de François Hollande : réduire à 50 % la part du nucléaire en France d'ici 2025 dans la production d'électricité.


Anne Lauvergeon estime impossible l'engagement de François Hollande de réduire à 50 % la part du nucléaire en France d'ici 2025.
Anne Lauvergeon estime impossible l'engagement de François Hollande de réduire à 50 % la part du nucléaire en France d'ici 2025.

Mission impossible pour l'ancienne Madame Nucléaire de France. L'ancienne présidente d'Areva a jeté un pavé dans la mare, mardi, sur France Internet en déclarant que l'objectif du président de la République était tout bonnement impossible. 

 

De plus, en évoquant une échéance "plus ou moins renvoyée à plus tard", Anne Lauvergeon, qui pilote la commission Innovation 2030, a également ajouté qu'arrêter une "vingtaine de réacteurs" poserait "un grave problème".

 

L'Elysée a immédiatement réagi. Pour l'entourage du président, les engagements formulés par François Hollande au cours de la conférence environnementale seront tenus. Le ministre de l'Economie, a également mouillé sa chemise en affirmant que l'objectif était maintenu.

 

Il faut dire que le gouvernement est déjà assez empêtré dans assez de dossiers délicats. Pas question de raviver une nouvelle polémique. D'autant plus que la réduction du nucléaire dans l'électricité produite en France est au coeur des accords conclus entre le PS et les Verts pendant la campagne présidentielle. Mais pour cela, il faut une loi qui ne devrait pas être adoptée avant la rentrée 2014. D'ici là, le gouvernement marche sur des oeufs.











Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023