Carnets de l'Economie

Nokia supprime un tiers de ses effectifs




Olivier Sancerre
23/06/2020

Quel paradoxe : Nokia, un des tout premiers équipementiers télécoms au monde, ne parvient pas à tirer son épingle du jeu alors que le déploiement de la 5G est en cours partout dans le monde. Le groupe taille dans ses effectifs en France.


1.233 postes supprimés

La direction de Nokia a confirmé la mauvaise nouvelle durant un comité social économique central extraordinaire qui se tenait à Paris. Les activités françaises du géant finlandais des télécoms vont être fortement réduites : 1.233 postes vont être supprimés, soit un tiers des effectifs de la filiale tricolore de l'entreprise. Les activités de recherche et développement ainsi que les fonctions centrales sur les sites de Paris-Saclay et Lannion vont être les principales touchées par cette coupe claire. Nokia explique que ce programme d'économies est le résultat d'un « contexte de marché où la pression sur les coûts demeure très importante ». 

Le projet présenté lundi 22 juin auprès des instances représentatives du personnel aux niveaux européen et français (Alcatel-Lucent International) a été une douche froide pour les syndicats. Ces derniers ont indiqué que l'activité ne s'était pas arrêtée durant le confinement et qu'aucune difficulté économique n'était à déplorer. Mais Nokia est en difficulté : l'entreprise, qui a pris du retard technique sur la concurrence, ne peut pas saisir toutes les opportunités qui s'offrent à elles.

L'opportunité ratée de la 5G

Le déploiement des réseaux de nouvelle génération 5G devraient pourtant représenter une manne, ce d'autant que Huawei est persona non grata dans de nombreux pays en raison de sa proximité avec Pékin. Mais Nokia glisse inexorablement au profit non seulement de Huawei, mais aussi du rival historique Ericsson. Au détriment de la recherche et développement interne, alors que c'est cette activité qui travaille aux emplois de demain.

En 2016, Nokia parvenait à acheter Alcatel Lucent auprès du ministre de l'Économie de l'époque, Emmanuel Macron. Le groupe s'est engagé à maintenir l'emploi pendant deux ans, et à augmenter de 25% les effectifs dans la R&D puis de les préserver pendant quatre ans. Nokia a effectivement créé 500 postes… Mais l'entreprise a aussi multiplié les plans de suppressions d'emplois : trois, en trois ans. De 4.200 employés français, Nokia France en comptait 3.800 avant l'annonce de ce lundi.


Tags : nokia













International
Daily news and analysis for corporate & political leaders