Carnets de l'Economie

Marché automobile : une embellie se dessine en mai 2022




Anton Kunin
01/06/2022

Après un début d’année décevant, le rythme des immatriculations de véhicules neufs s’accélère. Après 136.208 véhicules légers en avril 2022, ce sont 155.753 véhicules qui ont été immatriculés en mai 2022.


Les ventes de véhicules restent en berne malgré une certaine embellie

Le nuage d’incertitude qui planait sur le marché automobile au cours des quatre premiers mois de 2022 semble enfin se dissiper. Même si les immatriculations sont toujours en baisse par rapport à leur niveau de 2021 (-10% en mai 2022 par rapport à mai 2021), cette baisse est moins spectaculaire qu’avant. Pour rappel, les ventes s’étaient inscrites en baisse de 18,5% en janvier, 13% en février, 19,5% en mars et 24,6% en avril 2022.

Sur les cinq premiers mois de 2022, ce sont donc 748.058 véhicules légers neufs qui ont trouvé un propriétaire, un chiffre inférieur de 18,6% à celui de la période équivalente en 2021, fait savoir La Plateforme automobile (PFA), la fédération professionnelle qui représente 4.000 entreprises du secteur automobile (constructeurs, équipementiers, sous-traitants et acteurs de la mobilité).

Stellantis règne en maître

Les motorisations « propres » prennent une place non négligeable. Sur les cinq mois de janvier à mai 2022, les voitures électriques ont représenté 7,1% des immatriculations, et les hybrides 23,6%. Après une baisse spectaculaire en début d’année, le diesel gagne de nouveau du terrain, avec une part de marché de 23,7% sur les cinq premiers mois de 2022. L’essence conserve elle aussi une part de marché très importante (43,2%).

S’agissant de la pénétration des différents constructeurs sur la période janvier-mai 2022, Stellantis prend la part du lion avec 47% du marché (dont Peugeot 18,7%, Citroën 19,5%, Fiat 6,4% et Opel 2,2%), et Renault 23,8% (dont 0,3% pour la marque Dacia).










Décideurs

La CLCV demande le maintien des tarifs réglementés du gaz

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois