Carnets de l'Economie

Les voitures à essence interdites à Paris en 2030




Olivier Sancerre
12/10/2017

Ce n'est pas un scoop, la ville de Paris a pris l'automobile traditionnelle en grippe. Les voitures diesel seront ainsi interdites de circulation à Paris intra-muros dès 2024. Mais la mairie a décidé d'aller plus loin en s'attaquant aux voitures à essence.


Selon FranceInfo, les véhicules à essence ne pourront plus circuler à Paris à partir de 2030. Il s'agit d'une décision du comité de pilotage du plan climat de la Ville, une nouvelle mesure découverte ce mercredi 11 octobre par les représentants des groupes politiques à Paris. Selon la mairie, cette mesure ne devrait pas poser de problème particulier : après tout, 60% des Parisiens ne possèdent pas de voiture du tout. En revanche, les banlieusards qui utilisent un véhicule pour leurs déplacements devront trouver des solutions de remplacement.

À la mairie, on mise sur le parc de voitures électriques disponibles un peu partout en ville, et sur les transports en commun bien entendu. La mise en œuvre du Grand Paris va de plus ouvrir de nouvelles opportunités en la matière, avec des propositions de transport supplémentaires pour les habitants de la petite et de la grande couronne. Cette nouvelle disposition sera au cœur des débats sur le plan climat, qui se tiendront dans les mairies d'arrondissement les 5 et 6 novembre prochain ; un débat aura lieu au Conseil de Paris le 20 novembre.

Paris s'est engagé, au moment de la COP21, à utiliser 100% d'énergies renouvelables et d'être neutre en carbone à l'horizon 2050. La ville est rejointe dans cette initiative par Copenhague et Berlin. La pollution de l'air est aujourd'hui la 3e cause de mortalité dans l'hexagone, selon Santé publique France.


Tags : pollution








Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise