Carnets de l'Economie

Les défaillances d’entreprises en hausse en juillet 2022




Anton Kunin
10/08/2022

En juillet 2022, les défaillances d’entreprises s’inscrivent en forte hausse par rapport au même mois en 2021. Elles sont en revanche bien en deçà des valeurs de juillet 2019.


Les chiffres réels des défaillances seraient supérieurs aux statistiques

Les défaillances d’entreprises restent à un niveau encore faible par rapport à l’époque d’avant le Covid-19, mais commencent à remonter progressivement relativement à 2021. En juillet 2022, un peu plus de 3.000 défaillances ont été comptabilisées, révèle la Banque de France. Mais attention, ce chiffre est à prendre avec des pincettes car l’activité des tribunaux de commerce a été considérablement ralentie. Les dates de caractérisation et de déclaration de l’état de cessation de paiements ont donc été repoussées, ce qui veut dire que le chiffre réel est sûrement supérieur.

En cumul sur un an (entre août 2021 et juillet 2022), le nombre de défaillances atteint 34.653. Il faut dire qu’on assiste à un repli considérable des défaillances par rapport à la situation d’avant le Covid-19. Par rapport à la période août 2018 - juillet 2021, la baisse est de 32,2%.

La dynamique des défaillances reflète la fin du « quoi qu’il en coûte »

Dans le détail, par rapport à juillet 2019, les défaillances ont chuté de 40,3% dans l’hébergement et la restauration, de 35% dans la construction et de 31,4% dans le commerce. Le recul a été de 26,5% dans les activités financières et d’assurance, les activités immobilières et de 25,9% dans le conseil et les services aux entreprises.

Par rapport à juillet 2021, en revanche, les défaillances s’inscrivent en forte hausse, conséquence logique de la fin du « quoi qu’il en coûte », annoncée en septembre 2021. Les défaillances sont en hausse de 34,4% dans l’hébergement et la restauration, de 32,6% dans les transports, de 30,2% dans l’industrie et de 27,9% dans le commerce.









Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023