Carnets de l'Economie

Le kebab à l'assaut du fast-food américain




10/12/2013

Hakim Benotmane, le patron d'Habab Kebab, une chaîne de kebab française, va lancer deux nouvelles marques en France, et espère bien développer son concept en Asie et aux Etats-Unis.


Hakim Benotmane souhaite exporter le kebab aux Etats-Unis, et en Chine.
Hakim Benotmane souhaite exporter le kebab aux Etats-Unis, et en Chine.

Parti de pas grand chose, il en veut beaucoup. Quelques économies et un BTS de vente ont suffi à Hakim Benotmane pour faire de son entreprise, Habab Kebab, un leader en matière de restauration rapide orientale, en France. 

 

"Nous avons 48 restaurants et d'ici 2015, nous en aurons 100. Et j'aimerais en avoir 500 à terme" confie-t-il au magazine Challenges. De quoi concurrencer la chaîne américaine Starbucks certes, mais on reste loin de Quick et de Mc Donald, qui détient 1 200 restaurants en France. Il faudra également désormais compter avec Burger King, qui arrive en France à vitesse grand V.

 

Néanmoins, les chiffres sont là, et sont encourageants pour le jeune homme. Cette année, son chiffre d'affaire devrait atteindre les 20 millions d'euros, et on table sur 50 millions d'euros pour 2015. Les résultats seront d'ailleurs directement réinvestis dans le développement de la société, qui compte aujourd'hui 400 salariés. 

 

Hakim Benotmane fourmille d'idées, à développer selon le modèle de la franchise, un système qui lui permet de rester maître de ses affaires. A venir, notamment, des restaurants type US, et une enseigne libanaise également, plus haut de gamme. Il espère ainsi séduire de nouveaux franchisés, d'autant plus que ses restaurants coûtent moins chers à l'ouverture. 40 000 euros pour un Nabab Kebab contre 190 000 euros contre un Quick.

 

Reste enfin à conquérir le marché international. Un premier restaurant Kebab devrait ouvrir d'ici septembre prochain en Chine. Et il souhaite investir le marché américain en 2015. Son objectif étant de 1 000 restaurants à travers le monde...











Décideurs

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine







International
Daily news and analysis for corporate & political leaders