Carnets de l'Economie

Le fonds KLP agit pour la Palestine et quitte Alstom et Altice




Paolo Garoscio
06/07/2021

Le fonds de pensions norvégien KLP suit les pas du plus important fonds souverain du pays, le plus gros fonds souverain au monde, en s’engageant contre les entreprises qui ne respectent pas les droits humains. À la suite de la publication, début 2020, du rapport de l’ONU sur les entreprises actives en Cisjordanie, dans les colonies israéliennes, le fonds KLP a décidé de sévir.


Un rapport de l’ONU épingle des dizaines de multinationales en Cisjordanie

Pixabay/ds_30
Pixabay/ds_30
La publication, en janvier 2020, du rapport de l’ONU sur les multinationales qui ont ou avaient des activités dans les colonies israéliennes en Palestine avait fait beaucoup de bruit. Décrié par l’État israélien, le rapport mentionnait 112 entreprises dont les activités s’étendaient jusque dans les territoires palestiniens. Or, la communauté internationale juge l’occupation de la Palestine contraire au droit international.

Parmi ces 112 entreprises, des grands noms bien connus du grand public : Airbnb, spécialisée dans les locations temporaires, Motorola, TripAdvisor ou encore les plus européennes Altice, holding luxembourgeoise propriété de Patrick Drahi et qui détient SFR, et Alstom, fleuron français de l’industrie.

KLP se désengage des entreprises concernées

Lundi 5 juillet 2021, la décision a été rendue publique : le fonds de pension norvégien KLP a annoncé se désengager de 16 des entreprises ayant des activités en Cisjordanie. Motorola, notamment, plusieurs banques… mais également Altice et Alstom. KLP juge que la première a participé, via ses services de télécoms, à rendre les territoires occupés plus vivables pour les colons israéliens, la deuxième d’avoir participé ou financé la construction des habitations dans les territoires occupés.

Le désengagement reste relativement faible : 32 millions de dollars en tout, pour des entreprises à la capitalisation milliardaire pour la plupart. Mais l’action est symbolique : « nous avons des principes et des attentes claires en tant qu’investisseurs responsables », a écrit Kiran Aziz, analyste pour KLP, dans un tweet le 5 juillet 2021.










Décideurs

DieselGate : Volkswagen condamnée pour la première fois en France

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches