Carnets de l'Economie

Le covoiturage à courte distance reçoit un coup de pouce en Ile-de-France




Anton Kunin
19/07/2017

Les Franciliens covoiturant sur de courtes distances peuvent désormais le faire avec leur Passe Navigo, sans surcoût. La start-up Karos offre à tous les détenteurs de cette carte de transports en cours de validité des trajets gratuits pour rejoindre leur lieu de travail depuis leur domicile et vice versa.


Le covoiturage à courte distance, une solution de modalité complémentaire pour rejoindre le réseau structurant

L’offre de Karos est orientée en priorité vers des trajets intermodaux, entre le domicile et la gare la plus proche ou entre le lieu de travail et la gare la plus proche. Selon les statistiques communiquées par la start-up, ce type de trajets représente aujourd’hui 40 % de l’ensemble des covoiturages à courte distance. Mais des trajets de banlieue à banlieue ont eux aussi leur place, le réseau de transports en commun existant ne permettant pas, dans bien des cas, de rejoindre une autre commune de banlieue sans faire de détours. « Dans la très grande majorité des cas, l’utilisateur choisit la solution la plus rapide pour rejoindre sa destination. Si cette dernière est intermodale, elle est donc en général privilégiée », commente Olivier Binet, co-fondateur et PDG de Karos.

Le covoiturage offert est pour l’instant la principale offre de Karos en termes du nombre de passagers transportés. Le trajet moyen, de 18 kilomètres, revient à la start-up à 1,80 euro par passager.

En Ile-de-France, les initiatives en faveur de la mobilité se multiplient

L’initiative de Karos n’est pas une démarche isolée. Depuis plusieurs mois, des expérimentations se multiplient en matière de transports en Ile-de-France pour développer l’intermodalité et offrir un meilleur maillage du territoire. Fin juin 2017, Ile-de-France Mobilités (anciennement le STIF) a annoncé le développement d’un nouveau service de location longue durée de vélos à assistance électrique. Une fois le prestataire choisi, début 2019, 20 000 vélos devraient être mis en location durant 6 mois minimum, pour un abonnement mensuel dont le coût ne devrait pas dépasser 40 euros. La moitié de cette somme sera par ailleurs éligible au remboursement par l’employeur.

Depuis début juillet 2017 et pour une durée de 6 mois également, un service de bus à la demande (réservable via une application mobile) fonctionne dans la ZAC de Courtaboeuf (Essonne). Le service fonctionne de 6h à 19h15 du lundi au vendredi, et le temps de parcours est optimisé en temps réel en fonction du nombre de réservations. Un départ est toutefois garanti toutes les 15 minutes. La navette relie l’est de la ZAC, peu accessible à moins de venir en voiture, aux arrêts de lignes régulières, se voulant ainsi un mode de transport à cheval entre le collectif et l’individuel.










Décideurs

DieselGate : Volkswagen condamnée pour la première fois en France

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches