Carnets de l'Economie

Le chômage au Royaume-Uni passe sous la barre des 7%




16/04/2014

La reprise économique du Royaume-Uni a eu l'effet escompté avec une baisse importante du taux de chômage dans le pays. Une baisse qui s'est accélérée ces derniers mois et a dépassé les espérances du gouvernement. Et, surtout, une baisse qui ne devrait pas être ralentie dans les années à venir, la croissance du pays semblant se confirmer.


cc/flickr/@Doug8888
cc/flickr/@Doug8888

Alors qu'en France le nombre de chômeur augmente et que le pays affiche 10,2% d'inscrits à Pôle Emploi, l'économie de nos voisins d'outre-Manche se porte plus que bien. La croissance en 2013 a été de 1,7% et les prévisions pour les années à venir semblent conforter la bonne santé de l'économie du pays. Pour 2014, le gouvernement a rehaussé ses prévisions à 2,7% et 2015 devrait maintenir ce rythme avec une croissance prévue de 2,3%.
 

L'effet de cette bonne santé économique s'est immédiatement ressentie sur le taux de chômage qui a, pour la première fois depuis plus de 5 ans, chuté en dessous de la barre symbolique des 7%. Cette barre était également celle prévue par la Banque d'Angleterre avant une possible augmentation des taux de prêt, mais cette hausse ne devrait pas se réaliser sous peu, la Banque d'Angleterre ayant prévu de garder des taux bas pour ne pas freiner la croissance.
 

La barre des 7% a été franchie bien avant que ce qu'estimaient les économistes qui tablaient plutôt sur un taux de chômage de 7,1% au printemps 2014 tandis que les 7% devaient être atteints mi-2016, soit dans près de 2 ans.
 

Avec seulement 2,243 millions de chômeurs et 30,389 millions de personnes ayant un emploi, le Royaume-Uni se profile comme une des économies les plus stables de l'Union Européenne. La seule grande puissance économique européenne qui fait mieux est l'Allemagne avec un taux de chômage inférieur, 6,7% en mars 2014.











Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs