Carnets de l'Economie

Le PDG de Crédit Suisse demande que son bonus soit réduit




08/02/2016

Crédit Suisse a publié des résultats très décevants : la banque a enregistré sa première perte depuis 2008 avec une perte nette de 2,92 milliards de dollars. Une perte attendue mais qui a été plus élevée que celle attendue par les analystes, le consensus Reuters s’étant établi à une perte de 2,12 milliards. L Dans ce cadre, le nouveau PDG a demandé à ce que son bonus soit réduit en 2016.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Tidjane Thiam est arrivé à la tête de Crédit Suisse en juillet 2015 et la publication des résultats de la banque le 4 février 2016, les premiers sous sa direction, l’ont conduit à prendre une décision rare : il a lui-même demandé à ce que son bonus de 2016 soit moins important que prévu. Une décision qu’il a annoncée au journal suisse Sonntagzeitung ce dimanche 7 janvier 2016. Lors de la publication des résultats le titre de Crédit Suisse avait chuté de 9% atteignant un minimum depuis 1992.

« J’ai proposé au Conseil d’Administration de réduire mon bonus de manière très importante. Cette réduction sera la plus élevée de toute l’équipe de management » a précisé Tidjane Thiam au journal.

L’information a par la suite été confirmée par le Financial Times qui a pu contacter un porte-parole de la banque. Ce dernier a affirmé au journal américain que M. Thiam a demandé à ce que son bonus soit réduit d’un montant compris entre 25% et 50%. Ce sera au Conseil d’Administration de décider du montant final.

La décision de Tidjane Thiam s’inscrit dans un grand programme de réduction des coûts lancé en octobre 2015 lorsqu’il a annoncé la suppression de 1 600 postes en Suisse. La banque espère réduire ses coûts de plus de 3 milliards de dollars à l’horizon de 2018.










Décideurs

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches

Le FMI relance l’idée de taxer les riches pour payer la crise