Carnets de l'Economie

Le FMI sera dirigé par Christine Lagarde encore cinq ans




22/02/2016

La présidente du FMI, arrivée à la tête de l'institution en 2011 après le scandale ayant frappé Dominique Strauss-Kahn, a été confirmée à son poste pour un nouveau mandat d'une durée de 5 ans. Une confirmation qui n'étonne pas malgré les quelques problèmes judiciaires dans lesquels est empêtrée l'ancienne ministre de l'économie française : son rôle dans l'affaire de l'arbitrage Tapie.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Christine Lagarde restera donc à la tête du FMI encore cinq ans. Les administrateurs du Fonds Monétaire International, créé en 1945, ont confirmé son leadership "solide et avisé" dans un communiqué annonçant sa nomination publié vendredi 19 février 2016 dans la soirée. Le nouveau mandat commencera en juillet 2016 lorsque se terminera l'ancien.

La nomination de Christine Lagarde pour un nouveau mandat n'a toutefois pas étonné : la président du FMI avait déjà reçu divers soutiens de taille, notamment de la part de l'Allemagne et des Etats-Unis. La France, de son côté, ne s'était pas prononcée, et pour cause : dans l'Hexagone Christine Lagarde a quelques soucis avec la justice.

Christine Lagarde est en effet empêtrée dans l'affaire de l'arbitrage Adidas/Crédit Lyonnais qui avait accordé 400 millions d'euros à l'homme d'affaires Bernard Tapie. Un arbitrage privé dont la justice remet en doute l'utilité et surtout l'honnêteté. A l'époque des faits, en 2008, Christine Lagarde était ministre de l'Economie en France et aurait eu un rôle dans la décision de faire appel à un arbitrage privé pour clore l'affaire.

C'est ce rôle particulier qui la met sur le banc des accusés pour "négligence" bien que la justice n'ait, à ce jour, pas encore tranché et défini si elle a une part de responsabilité et laquelle.










Décideurs

Le pic inflationniste n’est pas encore atteint selon la Banque de France

Grève du 7 mars 2023 : à la SNCF, le front uni se confirme

Encadrement des loyers : 18 mises en demeure de plus à Paris

Carburants : TotalEnergies a promis une ristourne… mais va-t-elle s’y tenir ?