Carnets de l'Economie

La nébuleuse Facebook se densifie




La Rédaction
16/11/2012

Attirer le plus grand nombre de partenaires, de services tiers et d'éditeurs de contenus est devenu le nerf de la guerre des prestataires de services en ligne, ces derniers voulant rendre leur plateforme, toujours plus attrayante. Et c'est la très connue Facebook qui domine le secteur.


Facebook, la plateforme la plus attrayante

La nébuleuse Facebook se densifie
Pour être plus attrayantes que les autres, les plateformes du web multiplient leurs contenus, et leurs partenariats avec des éditeurs, mais toutes restent hors course face à Facebook. Il s'avère en effet que la plateforme est considérée comme la plus attrayante qui soit. Avec ses 845 millions d'inscrits, dont plus de la moitié se connecte plusieurs fois par jour, la plateforme observe une fidélité sans équivalent de la part des internautes. Facebook, en plus d'être une véritable niche sociale, est désormais un web dans le web, à savoir que l'on peut tout y faire sans jamais avoir à en sortir. Email, messagerie instantanée, flux d’informations sur le « mur », et même des jeux sont accessibles via Facebook. Des jeux édités spécifiquement pour la plateforme, et qui participent à son attrait.

Élite et application

L'une des premières bases du succès de Facebook repose sur son côté "classe", induit par les débuts de la plateforme, réservée alors à l'élite d'Harvard. Une image qui a relégué MySpace à la deuxième place. De plus, la simplicité de l'interface ainsi que le design aéré ont favorisé son adoption par les internautes. Ainsi, déjà fort de son image élitiste et de sa simplicité, Facebook a décuplé son audience en introduisant en 2008 un programme d'accueil des applications tierces. Des milliers d’éditeurs d’application et de jeux en ligne se sont alors prêtés au jeu, tirant profit des données récoltées lors de l’utilisation des applications. Ces applications ont donc apporté une attractivité qui enferme les internautes sur la plateforme, ces derniers n’ayant plus besoin d’en sortir. Éditeurs d’applications et Facebook profitent ainsi d’une densification de la nébuleuse sociale numérique. La plateforme apportant un immense réseau, et les éditeurs, de l’attractivité en plus.

La viralité au service de l'audience

Avec l'arrivée du bouton "Like", Facebook a su doper encore son audience et donc son attrait vis-à-vis des professionnels et particuliers. Depuis 2010 les internautes peuvent "Liker", une page, une photo, une marque ou des commentaires, les entreprises disposent ainsi de statistiques précises sur les préférences des utilisateurs. Un lien entre entreprises et usagers que Facebook exploite pour générer des profits. Autre exemple d’outil viral, "l’open graph" qui permet de connaitre le titre de la chanson que l'internaute écoute, ou la vidéo qu'il regarde. Daily motion a d'ailleurs profité de ce nouvel outil arrivé mi-2011, et a pu conquérir 23 millions de nouveaux utilisateurs en moins de 10 jours. Ainsi, la plateforme ne cesse de gagner en attractivité, dopant ainsi son audience et gonflant la nébuleuse qui gravite autour du réseau. Une nébuleuse composée de centaines de milliers de professionnels, qui génèrent d’énormes profits, grâce à l'ouverture de Facebook. La concurrence s’est logiquement renforcée depuis que Facebook a introduit son programme d’application, mais la plateforme est encore loin d’avoir atteint sa taille critique.










Décideurs

La CLCV demande le maintien des tarifs réglementés du gaz

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois