Carnets de l'Economie

La Poste : vacances forcées pour les facteurs




05/11/2013

Le groupe postal français vient de décider d'un nouveau plan d'économies de 120 millions d'euros. Et une partie de ce plan consiste notamment à inciter le personnel de la branche courrier à poser leurs vacances avant la fin de l'année.


La Poste va inciter ses employés, dans le cadre d'un nouveau plan d'économies de 120 millions d'euros, à prendre leurs congés avant la fin de l'année 2013.
La Poste va inciter ses employés, dans le cadre d'un nouveau plan d'économies de 120 millions d'euros, à prendre leurs congés avant la fin de l'année 2013.
A deux mois de la fin de l'année, cela est un peu court ! Mais La Poste essaie à tout prix d'éviter de faire déraper son déficit avant de passer en 2014. Et pour cela, le groupe a décidé ce mardi d'un nouveau plan d'économies de 120 millions d'euros, ce qui,au regard des 3 milliards d'euros de dette du groupe, n'est que bien peu de choses…

Mais selon le syndicat Sud PTT, qui a révélé cette information, ce plan devrait résorber 50 % de la dette sociale. Pour ce faire, le groupe va inciter les salariés à poser leurs congés et leurs RTT avant la fin de l'année, et cela concernera particulièrement les postiers et les agents de tri de la branche courrier.

Ainsi, l'entreprise n'aurait pas à provisionner le paiement de ces vacances, ce qui aurait pour conséquence d'alourdir virtuellement la dette du groupe avant le début de l'année prochaine. Mais on ne peut pas appeler réellement cela faire des économies. Il s'agit plutôt d'un transfert de charges d'un bilan à un autre.

La question qui demeure aujourd'hui est la suivante : comment La Poste va-t-elle continuer à pouvoir assurer sa mission de service public après une telle mesure, elle qui est censé distribuer le courrier six jours sur sept. Le groupe ne prévoit en effet pas d'embaucher des intérimaires pour ce travail...










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs