Carnets de l'Economie

L’e-culture au secours de la culture




Jacques-Alain Viar
23/08/2013

Michel de Montaigne, chantre de l’éducation pour tous, voulait des têtes aussi bien faites que bien pleines. Déstabilisés par la vague numérique, les acteurs du monde de l’éducation et du savoir ont du s’adapter en quelques années. Une mue parfois douloureuse.


L’e-culture au secours de la culture
L’idée est tentante : et si le monde numérique abolissait enfin les barrières sociales ? Et si par la magie de l’écran, l’accès au savoir et à la culture étaient dorénavant ouvert à tous, sans considération de niveau de vie ou de diplômes ? Bernard Lahire, professeur à l'École normale supérieure de Lyon et directeur de l'Équipe Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations du Centre Max-Weber, consacre ses travaux aux modes populaires d'appropriation de l'écrit et à la réussite scolaire en milieux populaires, en est convaincu. « La télévision et Internet ont écrasé les différences sociales », affirme-t-il dans un entretien donné à l’hebdomadaire Marianne, en février 2012, à l’occasion d’une enquête sur la culture pour tous.
 
Mais c’est un point de vue ultra-minoritaire en réalité, et qui laisse d’autres chercheurs sceptiques. C’est le cas par exemple de Philippe Coulangeon, directeur de recherches au CNRS et spécialiste des pratiques culturelles et de la stratification sociale des goûts. Dans un essai intitulé « les métamorphoses de la distinction » (Grasset 2011), il reprend la grille de lecture développée trente ans plus tôt par Pierre Bourdieu pour constater qu’au fond…rien n’a changé, ou si peu. Tout serait affaire d’apparence, la culture restant l’apanage de quelques-uns.  Pour reprendre la phraséologie bourdieusienne, « capital économique » et « capital culturel » seraient toujours étroitement liés. « On a réussi la décentralisation, pas la démocratisation », se désole Jean-Claude Wallach, consultant en politiques culturelles qui, dans un ouvrage paru il y a une petite dizaine d’années, dressait un constat d’échec des actions menées depuis la fin de la Seconde guerre mondiale et destinées à ouvrir l’accès aux arts au plus grand nombre : le Théâtre National Populaire d’Avignon, cher à Jean Vilar, ne draine plus qu’un public averti et socialement homogène, tandis que les Maisons de la Culture, lancées par André Malraux, alors ministre de la Culture, sont pour la plupart des palais vides.
 
Les plus sérieux des observateurs s’accordent toutefois sur un point : avant de se lamenter, avant de s’enfermer dans un constat d’échec, il convient de se poser une question au fond bien simple : qu’est-ce que la culture, qu’est-ce que le savoir aujourd’hui ? En quoi le développement de nouveaux médias,  ou l’arrivée de flux continus via les mobiles et Internet modifient-ils leur définition ?
 
La femme de lettres Danièle Sallenave, membre de l’Académie Française depuis 2011, se désole d’un mouvement qui conduit vers la culture-consommation, la culture éphémère. Parlant de ceux qui écument les grands musées et font leur choix littéraires en puisant dans le top ten des meilleures ventes, elle observe : « ils font du name-dropping ! Ils parlent de l’exposition Monet, du festival de Bayreuth, du dernier Goncourt. Mais il n’est jamais question de ce qu’ils ont ressenti devant un tableau de Monet ou en lisant Houellebecq ! ». Une amertume que l’on retrouve chez certains enseignants qui déplorent l’uniformisation des goûts et des références de leurs élèves. Et brandissent la menace immédiate du « nivellement par le bas ».
 
Ces Cassandre ont peut-être tort. Objectivement, jamais l’accès au savoir, à la connaissance n’aura été aussi multiple, aussi simple et – c’est une donnée nouvelle non négligeable - aussi bon marché, voire gratuite.  Dans une analyse dynamique, les plus optimistes s’attachent à définir la chaine d’évolution suivante : l’invention de l’écriture entraîna celle de la pédagogie, puis l’écriture se transforma et se démocratisa avec l’apparition de l’imprimerie à la Renaissance…Rien d’étonnant dès lors que le savoir évolue à nouveau avec l’apparition des nouveaux supports. Tout comme le cerveau de l’individu s’adapte aux nouveaux process du savoir.
  
Pari positif sur l’avenir, où la culture dite classique et ses vecteurs peut et doit sortir renforcée de la révolution numérique. « Je continue obstinément à penser que le numérique est une opportunité pour nos auteurs, nos marques et nos maisons »,  observait, Arnaud Nourry, président d’Hachette-livre, lors de la présentation de ses voeux à l’ensemble des salariés de son groupe en 2010.  Résultat : plutôt que de se replier sur une position frileuse, attentiste et vraisemblablement suicidaire à terme, le leader européen de l’édition a choisi d’entrer de plain pied dans l’ère technologique et d’en être un acteur de premier rang, en développant par exemple des applications pour I-phone, ou en créant MyBoox, site de community management pour fidéliser et attirer les passionnés de lecture. Une stratégie proactive, également mise en œuvre par les majors du disque qui tentent ainsi de récupérer les circuits de diffusion des contenus musicaux, seul moyen pour financer la création.
 
Après une décennie de sidération devant le tsunami numérique, l’heure est aujourd’hui à l’e-savoir, l’e-education, et l’e-culture qui ne pourront se déployer pleinement que profondément enchâssés dans le patrimoine.










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs