Carnets de l'Economie

JPMorgan va s’acquitter de 2 milliards de dollars dans le cadre de l’affaire Madoff




06/01/2014

La banque JPMorgan Chase va une nouvelle fois trouver un accord avec les autorités américaines pour mettre un terme à une enquête qui pèse sur elle. Cette fois, c’est dans le cadre du scandale financier de l’escroquerie réalisée par Bernard Madoff que la banque de New York veut trouver un accord à l’amiable. Les premières indiscrétions sur le dossier parlent de plusieurs milliards de dollars.


Bernard Madoff avait, au début des années 2000, créé une escroquerie de grande envergure qui consistait à faire miroiter des gains mirobolants à des clients qui versaient des sommes à investir. En réalité, ce n’était que grâce aux investissements d’autres clients que les premiers récupéraient leur argent et ainsi de suite, dans un système similaire au système appelé « la pyramide de Ponzi » du nom de son créateur, Charles Ponzi, qui l’avait mis en place pour la première fois dans les années 1920.

Lorsque la crise des subprimes a frappé les Etats-Unis en 2008, l’escroquerie de Bernard Madoff s’est écroulée et le scandale est apparu au grand jour. En 2009, Bernard Madoff a été condamné à 150 ans de prison par la justice américaine.

Pour les autorités américaines, la banque JPMorgan se seraient rendue coupable de ne pas avoir tenu compte des signaux qui auraient pu mettre au jour l’escroquerie de Bernard Madoff. Ce dernier était en effet un client de la banque newyorkaise.

Afin de clore l’enquête à son sujet, JPMorgan Chase a donc décidé de trouver un accord à l’amiable avec les autorités américaines. Elle devrait payer près de 2 milliards de dollars dont un milliard au bureau du Procureur de Manhattan et un milliard au bureau du « Controller of the Currency ». Une partie de cette somme servira à rembourser les victimes de l’escroquerie de Bernard Madoff.

JPMorgan Chase avait d’ailleurs déjà payé une amende record de 13 milliards de dollars en novembre 2013 pour mettre fin aux procès civils liés à la crise des subprimes pour laquelle la banque a été mise en cause.










Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023