Carnets de l'Economie

Huawei annonce avoir vendu sa filiale Honor




Aurélie GIRAUD
17/11/2020

La rumeur d’une potentielle vente du constructeur de smartphones Honor de la part de sa maison-mère, le géant chinois Huawei, courait depuis début novembre 2020. Elle a été officialisée par Huawei le 17 novembre 2020. Une décision quasiment contrainte et liée aux sanctions américaines qui frappent de plein fouet Huawei.


Honor complètement cédée par Huawei

pixabay/farukgarib
pixabay/farukgarib
Selon le communiqué de presse publié par le géant chinois Huawei, la vente a été conclue avec Shenzhen Zhixin New Information Tchnology afin « d’aider les canaux de vente et les sous-traitants dans ces moments difficiles ». Une vente totale, en fait, puisque Huawei précise qu’à la fin du processus de cession, le groupe ne détiendra « aucune action » de la nouvelle compagnie Honor ni ne sera inclus dans des décisions de type managérial ou commercial.

Le communiqué de presse ne donne aucune précision sur le coût de l’opération, mais la rumeur estime l’opération à 15 milliards de dollars. L’agence de presse américaine Associated Press précise, en outre, que la compagnie ayant racheté Honor est « une entreprise de technologie détenue par le gouvernement de la ville de Shenzhen », où se situe le siège social de Huawei.

Permettre à Honor d’échapper aux sanctions américaines

La vente d’Honor, dont les ventes ont augmenté ces dernières années grâce à son positionnement milieu de gamme et représentaient plus d’un tiers des ventes d’Huawei, a été faite à contre-coeur par le groupe. La seule raison de la vente était les sanctions américaines contre Huawei, qui touchent de fait toutes ses filiales.

Jugée dangereuse pour la sécurité des États-Unis par l’administration Trump, Huawei a été privée de services Google ainsi que d’autres services des géants de la high-tech américains comme Facebook. Sans ces services, largement utilisés en Occident, le groupe a vu ses ventes chuter. Et s’il ne peut rien faire pour les smartphones qu’il produit, il a décidé de sauver sa filiale : les sanctions sont en effet ciblées et céder le constructeur devrait lui permettre d’en être exempté.










Décideurs

La Cnil épingle Carrefour pour des manquements au RGPD

Black Friday : le report n’interdira pas les promotions sur Internet

Bridgestone ferme le site de Béthune

Le gouvernement veut une réforme de la Contribution à l’audiovisuel public