Carnets de l'Economie

Google vole de plus en plus haut




Anton Kunin
04/02/2020

Google vient de dévoiler un chiffre d’affaires 2019 en hausse de 18%. La progression est surtout spectaculaire sur l’activité Cloud (+52%) et sur les publicités YouTube (+35%).


L’activité Publicités, principal moteur de croissance pour Google

Les actionnaires de Google craignaient que 2019 soit une année catastrophique pour la firme américaine, en raison de la lourde amende infligée par la Commission européenne. Celle-ci a finalement été indolore puisque Google a su générer des revenus bien plus importants. Même la marge opérationnelle est restée stable, à 21%.

Le chiffre d’affaires 2019 ressort donc à 161,8 milliards de dollars, contre 136,8 milliards de dollars en 2018 (+18%). À noter que le cœur de métier de Google, à savoir le moteur de recherche, n’est plus sa source de revenus principale. En 2019, l’activité Moteur de recherche lui a rapporté 98,1 millions de dollars, tandis que les publicités (hors YouTube) lui ont procuré un revenu de 134,8 millions de dollars. Ces deux activités sont d’ailleurs en hausse de 15% sur un an.

L’amende de la Commission européenne a doublé les dépenses annuelles de Google

Mais l’activité qui connaît la plus forte hausse est le Cloud : +52% sur un an, à 8,9 millions de dollars. La croissance des publicités YouTube est également spectaculaire : +35%, à 15,1 millions de dollars.

Côté dépenses, Google investit activement dans les data centers et se montre généreux lorsqu’il s’agit d’acquérir des contenus, surtout pour YouTube Premium et YouTube TV. Mais le principal contributeur est la R&D, suivie du Cloud, où Google a multiplié les recrutements. Les dividendes versés aux actionnaires ont représenté 2,8 milliards de dollars. Au total, les dépenses de fonctionnement se montent à 12 milliards de dollars, en hausse de 20% sur un an. S’y ajoute une dépense exceptionnelle de 13,7 milliards de dollars au titre de l’amende infligée par la Commission européenne.










Décideurs

Ukraine : Larry Fink annonce la « fin de la mondialisation »

Inflation : la BCE ne prévoit plus d’amélioration en 2022

Amazon annonce un stock split 20 pour 1

Bouclier tarifaire : un coût de plus de 20 milliards d’euros