Carnets de l'Economie

Gestion des compétences dans les PME : quel diagnostic ?




La Rédaction
08/03/2013

Si les PME recourent assez fréquemment à la formation professionnelle, elles semblent encore être à la peine pour utiliser celle-ci comme un outil stratégique au service de leurs projets de croissance à moyen et long terme. Pour surmonter les contraintes de temps et de moyens qu’elles invoquent, les PME peuvent faire appel aux Organismes paritaires de collecte agréés (OPCA). Au-delà de leur rôle de collecte et de mutualisation des fonds, ces organismes ont en effet mis sur pied de nombreuses structures de conseil pour les épauler dans la délicate gestion prévisionnelle des compétences.


© alphaspirit - Fotolia.com
© alphaspirit - Fotolia.com
Et si, en 2013, l’on commençait à se soucier du chef d’entreprise lui-même ? Dans les PME, la première question qui se pose en termes de compétences et de formation concerne en effet la direction. La question est d’autant plus sensible que la gouvernance des PME est généralement plus personnelle que dans les grandes structures. Plus souvent que dans ces dernières, le patron de PME est « seul maître à bord » et souffre au quotidien de ce que les experts en management nomment « le syndrome de l’isolement ».
 
A côté de la formation des salariés, souvent envisagée sous l’angle d’un « droit », il est donc légitime de s’interroger sur le devoir de formation des patrons. C’est ce que vient de faire l’association Ariane Compétences & Management dans un ouvrage consacré aux dirigeants de PME (1).
 
Non que les patrons de PME ne seraient pas au niveau ! À rebours d’une image d’Epinal, les dirigeants de PME disposent en effet pour la plupart d’un solide bagage universitaire. Comme le soulignent les auteurs, « le dirigeants de PME de plus de 10 salariés n’est pas un autodidacte. Bien au contraire les dirigeants de PME françaises sont majoritairement issus de l’enseignement supérieur : 45 % ont un diplôme de 2e ou 3e cycle ou des grandes écoles et 25 % ont un bac + 2. » Une moyenne qui cache toutefois des disparités. Ainsi, le profil est sensiblement différent s’agissant des créateurs d’entreprises. En 2010, 39,9 % des créateurs d’entreprise étaient diplômés de l’enseignement supérieur. Pas de quoi s’alarmer cependant, car comme le notent les membres d’Ariane Compétences & Management, « au moment de la création, ce qui compte c’est l’effort d’entreprendre (…). Les compétences en technologie ou en instruments de gestion se développent avec la taille ».
 
Autrement dit, les besoins en formation des dirigeants ont vocation à croître à mesure que l’entreprise monte en puissance. Si bien que l’on peut considérer à bon droit que l’acquisition de nouvelles compétences conditionne le développement et la croissance de nos PME. La formation est donc l’une des clefs de redressement industriel et économique français.
 
Les dirigeants eux-mêmes intègrent parfaitement la nécessité de recourir à des formations complémentaires pour accompagner leurs projets stratégiques. « Un antécédent notable de l’intention des entrepreneurs est, en effet, la “perception d’auto-efficacité”, c’est-à-dire la croyance selon laquelle ils pensent contrôler et maîtriser certains comportements ou actions », remarquent les experts d’Ariane Compétences & Management. Parmi les facteurs de développement, 85 % des dirigeants de PME citent le savoir-faire technologique et 89 % l’acquisition de compétences. De ce point de vue, les patrons de PME françaises ne sont heureusement pas démunis. Quelque 63 % déclarent avoir suivi une formation au cours des cinq dernières années et 93 % ont jugé ces formations « très utiles ».
 
Reste que pour sauter le pas de la croissance, la seule possibilité de recourir à des formations sur étagère ne suffit pas. Ce diagnostic est partagé par Yves Hinnekint, directeur général de l’Opca interprofessionnel Opcalia : «Lorsqu’un patron envisage un projet de développement, un véritable accompagnement est toujours précieux, notamment en termes de gestion prévisionnelle des compétences ». Fort des relations nouées avec ses 110 000 entreprises adhérentes dont 95% de PME-TPE, Opcalia connaît les freins qui brident les patrons et s’attache à les lever en nouant « des relations partenariales durables » se traduisant concrètement par une offre en matière de conseil dispensée par des experts présents partout sur le territoire.
 
Au fil du temps, le rôle des OPCA s’est considérablement étendu pour mieux répondre aux besoins de leurs adhérents. Le moyen retenu ? Investir le champ du conseil en RH et en gestion des compétences. Opcalia a ainsi créé Capital Compétences, un dispositif dédié aux diagnostics des besoins de formation au service des entreprises et un autre, baptisé Prodiat, spécialisé dans les démarches d'accompagnement à l'embauche par l’alternance. Ces outils permettent à l’Opca de faire bénéficier à ses adhérents de conseils sur-mesure et d’aider les dirigeants de PME à établir de vrais plans de formation pour eux-mêmes et leurs collaborateurs. Un atout stratégique dans un contexte économique en perpétuelle mutation.
 
L’enjeu est d’aider les PME à recourir à la formation comme le ferait les grands groupes disposant de services RH permanents, structurés et intégrés aux instances dirigeantes. Trop souvent en effet, dans les PME, en raison de la pression  du quotidien, la formation est d’abord réactive. Elle vise à combler les lacunes et à corriger les manques de compétences au fil de leur apparition. Il s’agit généralement de formations courtes répondant aux besoins précis : s’adapter à une nouvelle machine récemment achetée, perfectionner la pratique d’une langue étrangère pour communiquer avec un nouveau prospect, etc.
 
Utiliser la formation comme un levier stratégique n’est cependant pas encore à la portée de toutes les PME. La raison ? Un mélange de manque de temps et de méconnaissance de ce qu’un OPCA peut apporter à l’entreprise.  Les experts d’Ariane Compétences & Management déplorent d’ailleurs que trop souvent les PME « sous-utilisent les fonds récupérés par les OPCA de leur secteur professionnel ». Dommage de ne pas profiter des droits que l’on a acquis par ses cotisations pour se donner de nouveaux moyens de relever les défis à venir !
 
Et si, face à une conjoncture incertaine, les PME faisaient de 2013, l’année de la formation professionnelle ?
 
(1) Qui sont vraiment les dirigeants de PME ?, ouvrage publié sous l’égide d’Ariane Compétences & Management et la direction scientifique de Didier Chabaud, Editions EMS Entreprendre, janvier 2013, 191 p., 15 €.










Décideurs

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine








Découverte & Lifestyle
Magazine hors norme pour hyperactifs distingués