Carnets de l'Economie

Gare aux escroqueries à l’épargne




Olivier Sancerre
15/06/2022

Les arnaques en ligne proposant des livrets d’épargne bidon et des crypto-actifs inexistants se multiplient, faisant des ravages chez les Français peu formés ou peu renseignés.


Miroir aux alouettes

Attention au miroir aux alouettes des soi-disant « bonnes affaires » pour des véhicules d’épargne ou des cryptomonnaies. Le pôle commun de l’ACPR (Autorité de contrôle prudential de résolution, autrement dit le gendarme de la banque et de l’assurance) et de l’AMF (Autorité des marchés financiers, le gendarme de la Bourse) met une fois encore en garde contre les escroqueries. Leur rapport 2021 montre que les escrocs savent tromper les épargnants.

Sur les 5 « listes noires » dressées par les deux régulateurs, ont été inscrits l’an dernier quelque 1.300 sites web et adresses proposant des placements bidon. Au premier trimestre 2022, ce sont 248 arnaqueurs supplémentaires qui ont été ajoutés. Ces derniers ne manquent pas d’imagination pour attirer leurs victimes.

Faux livrets d’épargne, crypto bidon…

Une des escroqueries les plus répandues est celle des faux livrets d’épargne : en moyenne, les voleurs parviennent à soutirer 72.000 euros à leurs victimes… Les arnaqueurs jouent sur la notion de confiance qu’implique les livrets, gage de sérieux. Et ils s’adaptent en évitant de proposer des rendements mirobololants afin d’éteindre la méfiance des épargnants.

Les arnaques aux cryptomonnaies ont également le vent en poupe, avec des pertes estimées à 40.000 euros en moyenne. Les actions aussi ont bien « marché » pour les escrocs, qui en moyenne ont soutiré 55.000 euros à leurs victimes. Dans tous les cas, les épargnants doivent absolument faire preuve de prudence et consulter les listes établies par les autorités du secteur.


Tags : épargne








Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?