Carnets de l'Economie

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023




Paolo Garoscio
02/09/2022

L’économie de la France a évité la récession technique : l’Insee a confirmé une croissance de 0,5% au deuxième trimestre 2022, après un premier trimestre dans le rouge à -0,2%. De quoi permettre à la Banque de France et au gouvernement de maintenir leurs prévisions de croissance pour l’année. Mais le gouverneur de la Banque de France prévient : ce ne sera pas pareil en 2023.


Plus de 2% de croissance en France en 2022

Avec la confirmation de la part de l’Insee, le 31 août 2022, d’une croissance de 0,5% du PIB français, le gouvernement a pu maintenir sa prévision annuelle. Bercy s’attend toujours à 2,5% de croissance en 2022 pour l’Hexagone. Une prévision plus optimiste que celle de la Banque de France qui, prudente, prévoit « au moins 2,3% » pour 2022.

C’est François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, qui l’a confirmé dans un entretien accordé à Ouest-France et publié le 1er septembre 2022. Toutefois, ce dernier estime que l’inflation, qui a été de 5,8% en août 2022 selon l’Insee, reste trop élevée. Elle conduit à une période d’incertitude majeure avec un risque de récession qui n’est pas nul pour 2023.

La croissance française va ralentir en 2023

Dans son entretien, François Villeroy de Gahau a prévenu : « la France devrait connaître un net ralentissement en 2023 », notamment à cause des incertitudes qui pèsent sur l’économie. La hausse des prix de l’énergie et des prix à la consommation risque de créer des problèmes pour les entreprises et faire baisser la consommation, moteur de l’économie française.

De fait, le gouverneur estime que « pour 2023, rien ne peut être exclu dans la période de grandes incertitudes que nous vivons ». Une récession au niveau européen n’est pas impossible, bien que la France ne devrait pas se retrouver dans cette situation. Mais rien n’est encore joué.










Décideurs

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine








Découverte & Lifestyle
Magazine hors norme pour hyperactifs distingués