Carnets de l'Economie

FagorBrandt dépose le bilan




06/11/2013

La menace planait depuis quelques jours sur le groupe électroménager qui produit notamment les marques Vedette, Brandt, Sauter et De Dietrich. FagorBrandt, qui emploie 1 900 personnes en France, vient de demander sa mise en redressement judiciaire. La filiale espagnole va elle aussi déposer le bilan.


Fagor emploie 5 700 salariés de par le monde.
Fagor emploie 5 700 salariés de par le monde.
Les salariés de l'entreprise manifestaient mardi à Vendôme, craignant pour leurs emplois. Ils peuvent désormais remettre ça. Alors que les syndicats le redoutaient, les dirigeants de FagorBrandt se sont prononcés ce mercredi lors d'un comité central d'entreprise extraordinaire et ont finalement décidé du placement en redressement judiciaire.

A l'heure actuelle, les quatre usines de FagorBrandt en France ont cessé le travail, car les fournisseurs, qui ne sont plus réglés, faute de trésorerie, ne les livrent plus. Même topo pour la société mère espagnole, qui emploie 5 700 salariés dans cinq pays comme l'Espagne, la France, la Pologne, le Maroc et la Chine, ne se porte guère mieux. Son dépôt de bilan a d'ailleurs été annoncé peu de temps après celui de sa filiale française.

L'heure est grave, de fait. Fagor est aspirée par une dette de plus de 800 millions d'euros, dont 250 millions pour la France seule. La filiale française est à court de trésorerie et de solutions pour se retourner. La filiale polonaise vient elle aussi de déposer le bilan. Et la société mère du groupe, Mondragon, située en Pays basque espagnol, a renoncé à renflouer une nouvelle fois sa filiale. On croirait assister aux derniers souffles d'un géant de l'industrie.

A l'heure actuelle, les conseillers d'Arnaud Montebourg doivent recevoir jeudi les responsables des collectivités locales qui hébergent les usines FagorBrandt pour essayer d'entrevoir une solution. Mais certains politiques estiment que Fagor, c'est terminé.










Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023