Carnets de l'Economie

Espace : Airbus et Safran veulent contrer SpaceX ensemble




16/06/2014

Dans le secteur des lanceurs spatiaux, depuis quelques années, il y a un nouveau venu : SpaceX, l’entreprise lancée par le milliardaire visionnaire Elon Musk. Ses lanceurs, les Falcon, coûteraient beaucoup moins chers que ses concurrents ce qui attire l’intérêt des gouvernements et des entreprises. La fusée Ariane pourrait donc être menacée mais il n’est pas question pour les grandes entreprises européennes de lâcher l’affaire.


cc/flickr/lolodoc
cc/flickr/lolodoc
Le journal Les Echos a dévoilé que ce 16 juin 2014 une réunion se tiendrait à l’Elysée entre les géants Airbus et Safran. L’idée serait de créer une coentreprise entre les deux groupes pour faire face à la menace représentée par SpaceX qui gagne en puissance.
 
Elon Musk a en effet réussi à convaincre la NASA des importantes économies que l’utilisation de ses lanceurs représenterait pour l’agence gouvernementale américaine qui doit faire face à un budget serré. Selon la NASA, le lancement d’un satellite avec Falcon coûterait 9 fois moins cher que le Minotaur IV, mais ces chiffres sont contestés par de nombreux rapports.
 
Quoiqu’il en soit, la menace semble réelle et commence à intéresser Airbus et Safran qui veulent prendre des contre-mesures pour ne pas se laisser échapper le marché. ArianeSpace est actuellement leader du secteur et compte bien le rester.
 
Ce qui fait la force de SpaceX face à Ariane c’est le fonctionnement intégré de l’entreprise puisqu’elle est privée et unique. Ariane dispose d’un soutien très important en provenance de nombreux pays de l’Union Européenne mais ce soutien implique un éclatement du fonctionnement qui augmente les coûts de lancement et nécessite une organisation plus importante.
 
Safran et Airbus veulent donc axer leur coentreprise sur l’amélioration de ces points. Les deux entreprises s’occupent respectivement de l’assemblage et l’intégration et de la motorisation de la fusée européenne ce qui en fait les piliers d’Ariane. Elles sont donc les mieux placées pour réorganiser le fonctionnement de l’entreprise de lancement de satellites européenne, fierté de l’UE grâce à son leadership.
 










Décideurs

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs