Carnets de l'Economie

Les Carnets de l'Economie

Épargne retraite : les pistes d'amélioration de Bruno Le Maire




Mickaël Bazoge
03/05/2018

Bruno Le Maire a commencé à faire la promotion de son projet de loi Pacte, qui contient des mesures destinées à booster la croissance et la transformation des entreprises… mais aussi l'épargne retraite.


La présentation de la loi Pacte en conseil des ministres est encore inconnue. On avait un temps évoqué le printemps, mais après plusieurs retards et reports, le ministère de l'Économie préfère ne plus s'avancer. Cela n'empêche pas Bruno Le Maire de détailler, aujourd'hui dans le Parisien, les principales mesures en direction de l'épargne retraite. Un avant-goût de la future réforme des retraites ? Quoi qu'il en soit, le patron de Bercy veut développer l'encours de cette épargne, qui n'est que de 200 milliards d'euros, contre 2 100 milliards pour le livret A et l'assurance.

Bruno Le Maire veut d'abord assurer la portabilité des principaux dispositifs d'épargne retraite (le « Madelin », le Perp, le Perco et l’article 83). « Votre compte d’épargne retraite vous accompagnera », explique-t-il. Et « le conjoint pourra systématiquement bénéficier d’une option de réversion, pour l’instant limitée à certains contrats ». Enfin, on pourra sortir le fruit de son épargne volontaire ainsi que l'intéressement et la participation, en capital ou en rente.

Les quatre produits d'épargne bénéficieront d'une « fiscalité attractive », à savoir une déduction fiscale, dans la limite des plafonds existants. L'objectif du gouvernement est de parvenir à 300 milliards d'euros d'encours d'ici la fin du quinquennat. En tout et pour tout, les mesures contenues dans la loi Pacte coûteront 1,2 milliard d'euros… sans que les contribuables n'aient à payer quoi que ce soit, assure le ministre.