Carnets de l'Economie

Engie annonce une nouvelle réduction des livraisons par Gazprom




Paolo Garoscio
30/08/2022

Depuis le début de la guerre en Ukraine menée par la Russie, le gaz est devenu un moyen de pression du Kremlin sur l’Union européenne, en réponse aux sanctions que cette dernière a imposé à Moscou. Et les tensions augmentent, comme le montre la dernière décision de Gazprom, le géant gazier russe, concernant les livraisons de gaz à la France.


Des livraisons qui baissent encore par Gazprom

Dans un communiqué de presse publié le 30 août 2022, Engie, l’énergéticien gazier français, annonce la mauvaise nouvelle : Gazprom lui a signalé une nouvelle baisse des livraisons. Cette baisse s’ajoute à la réduction mise en place depuis le début de la guerre économique entre l’Union européenne et la Russie, sur fond de guerre en Ukraine.

En l’occurrence, selon les déclarations de Gazprom, cette nouvelle baisse des livraisons se justifierait par « un désaccord entre les parties sur l’application de contrats », souligne Engie. La décision entre en vigueur immédiatement, donc dès le 30 août 2022, alors que les livraisons étaient déjà au plus bas, à 1,5 TWh pour l’Hexagone.

Les réserves stratégiques bientôt pleines mais insuffisantes

Engie a néanmoins précisé qu’aucune coupure de gaz n’est attendue à court terme à la suite de la décision de Gazprom. « Engie avait d’ores et déjà sécurisé les volumes nécessaires pour assurer l’approvisionnement de ses clients et pour ses propres besoins », écrit l’énergéticien dont l’État français est actionnaire à 24%. Mais l’augmentation des tensions entre la France et la Russie font craindre le pire pour l’hiver 2022-2023.

Selon les prévisions, la France devrait réussir à atteindre un remplissage de ses réserves stratégiques de gaz à 100% avant fin novembre 2022. Mais ces réserves pourraient s’avérer insuffisantes, a prévenu mardi 30 août 2022 Olivier Véran, porte-parole du gouvernement. Tout particulièrement en cas de consommation trop élevée de gaz durant la période.










Décideurs

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine








Découverte & Lifestyle
Magazine hors norme pour hyperactifs distingués