Carnets de l'Economie

Les Carnets de l'Economie

Énergies E.Leclerc, le nouveau « fournisseur alternatif », lance les souscriptions




Anton Kunin
14/09/2018

Après avoir annoncé son intention de devenir fournisseur d’électricité en juillet 2018, E.Leclerc concrétise sa promesse en lançant les souscriptions. Ambition affichée : devenir l’un des leaders du secteur, à l’image de ce que l’entreprise a fait il y a 30 ans sur le marché du carburant.


Avec ses 20% de réduction, E.Leclerc dégaine une promesse audacieuse

Devenir fournisseur d’énergie fait saliver bon nombre d’acteurs : pour preuve, il y a aujourd’hui 24 « fournisseurs alternatifs » en France, contre seulement 12 en 2016. Le dernier à se lancer n’est autre que E.Leclerc. Après avoir investi le marché des carburants, puis celui de la billetterie et des voyages, la société dirigée par Michel-Édouard Leclerc s’attaque donc à l’électricité, avec toujours la même ambition de rester moins chère que la concurrence.

Concrètement, Énergies E.Leclerc propose un tarif 10% moins élevé par rapport au « tarif réglementé », ou encore un tarif 20% moins cher si le client accepte de payer à E.Leclerc le montant correspondant au tarif réglementé, puis se faire reverser 20% de cette somme sur sa carte de fidélité des hypermarchés E.Leclerc. À noter qu’en réalité, les économies seront moins importantes puisque cette remise s’applique uniquement au tarif de l’électricité, et non au tarif de l’acheminement et les taxes, sur lesquels E.Leclerc n’a pas la main.

La marge d'Énergies E.Leclerc restera très réduite dans les mois suivant le lancement

Selon Sylvain Le Falher, l’un des fondateurs du comparateur des fournisseurs d’énergie HelloWatt.fr et ancien membre de la Commission de Régulation de l'Énergie, « Énergies E.Leclerc a de bonnes perspectives sur ce marché car il arbore une marque connue des Français et qui bénéficie d’une bonne image ». Il estime aussi qu’avec la promesse de 20% de réduction, l’offre d’Énergies E.Leclerc « est bien marketée ». 100 000 clients quittant EDF tous les mois, ce nouveau fournisseur devrait pouvoir en capter une partie non négligeable, estime-t-il.

Toujours selon Sylvain Le Falher, même si EDF réalise une marge peu élevée en tant que fournisseur d’énergie (3% environ), il peut en revanche agir sur sa marge au niveau de la production. C’est sur cette double marge que ce rémunère le fournisseur historique. Les « fournisseurs alternatifs », quant à eux, peuvent non seulement négocier un tarif de gros intéressant, mais aussi réduire leurs coûts de commercialisation. Sur son blog, Michel-Édouard Leclerc explique d’ailleurs que « pour le moment, la baisse des prix est due aux faibles marges de E.Leclerc », mais qu’avec la progression de la part de marché d’Énergies E.Leclerc, « on va pouvoir acheter moins cher ».






International

Découverte & Lifestyle

Réflexions

L'actu de la RSE