Carnets de l'Economie

Les Carnets de l'Economie

En 2017, 10 % des Français les plus fortunés détenaient 50 % de la richesse nationale




Anton Kunin
23/01/2018

Alors même que 50 % des Français les plus pauvres se partageaient 5 % de la richesse nationale, les 10 % des plus riches en détenaient la moitié, selon un rapport de l’ONG Oxfam sur les inégalités dans le monde.


32 Français les plus fortunés possèdent autant que les 40 % des plus pauvres

Selon une étude d’Oxfam, les richesses sont distribuées de manière très inégalitaire dans la société française. La preuve : selon les calculs de l’ONG, 50 % des Français se partagent seulement 5 % de la richesse nationale. À l’autre bout du spectre, le patrimoine des milliardaires français a été multiplié par trois en 10 ans. Résultat : 32 Français les plus fortunés possèdent désormais autant que les 40 % des plus pauvres.

Selon toute vraisemblance, les inégalités n’ont pas l’air de reculer dans le monde. Entre mars 2016 et mars 2017, le nombre de milliardaires a connu sa plus forte hausse de l'histoire, avec un nouveau milliardaire tous les deux jours. En douze mois, leur richesse a augmenté de 762 milliards de dollars. Depuis 2010, leur patrimoine a augmenté en moyenne de 13 % par an, soit six fois plus vite que la rémunération de simples travailleurs, qui n’a progressé que de 2 % par an en moyenne.

En 2017, Amancio Ortega a récolté un dividende de 1,3 milliard d'euros

Pour illustrer l’ampleur des inégalités, Oxfam compare le patrimoine des personnes les plus riches de la planète aux travailleurs du textile en Asie. Selon les calculs de l’ONG, « quatre jours suffisent au PDG de l’une des cinq premières marques mondiales du secteur du textile pour gagner ce qu’une ouvrière de la confection bangladaise gagnera au cours de sa vie ». Ainsi, le dividende annuel versé par Inditex (société mère des enseignes Zara, Bershka, Massimo Dutti, Oysho, Pull and Bear, Stradivarius et Uterqüe) à son fondateur, Amancio Ortega (la quatrième plus grande fortune privée au monde) s'élève à environ 1,3 milliard d'euros. Et Stefan Persson, dont le père a fondé H&M, se place au 43e rang du classement Forbes des personnes les plus riches du monde. En 2017, il a récolté un dividende de 658 millions d’euros.

En même temps, selon Oxfam, porter les salaires des 2,5 millions d’ouvrières et ouvriers du textile vietnamiens à un niveau décent coûterait 2,2 milliards de dollars par an. Cela équivaut à un tiers des sommes versées aux actionnaires par les cinq plus grands acteurs du secteur du textile en 2016.