Carnets de l'Economie

E-commerce : 2 cybermarchands sur 5 pourraient déposer le bilan d'ici 3 mois




Anton Kunin
30/03/2020

40% des cybermarchands français estiment qu’ils ne pourront pas résister économiquement plus de trois mois si le confinement dure un mois supplémentaire, révèle une enquête réalisée par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).


76% des cybermarchands rapportent un recul des ventes

Il fallait s’y attendre : le confinement a de sérieuses conséquences pour le e-commerce français. Et cela se comprend : même si la livraison à domicile n’a jamais été interdite, ce mode de réception de commande, le plus coûteux de tous, ne convient évidemment pas à tout le monde. Il faut savoir que les points relais dans des commerces partenaires, un mode de livraison très populaire depuis une décennie, ne fonctionnent plus, les commerces non indispensables ayant dû fermer.

Dans ce contexte, 76% des cybermarchands français ont enregistré un recul de leurs ventes depuis le 15 mars 2020. Pour la moitié d’entre eux ce recul est de plus de 50%. Par ailleurs, 29% des cybermarchands ont enregistré des annulations de commandes. La mode et l’équipement de la maison figurent parmi les secteurs les plus touchés.

66% des cybermarchands ont mis en place le chômage partiel

Toujours selon l’enquête de la Fevad, les sites marchands sont nombreux à déclarer avoir déjà des difficultés d’approvisionnement (40%). S’y ajoutent 48% qui s’attendent à ce que cela se produise dans un avenir proche.

Conformément aux précautions sanitaires, la grande majorité des cybermarchands ont adapté leurs conditions de travail (82% étant passé en télétravail). D’autres ont réduit leur activité : 66% ont recours au chômage partiel, et 22% ont fermé certains sites. À noter que les enseignes de magasins sont deux fois plus nombreuses (8%) que les pure-players (4%) à avoir interrompu leur activité e-commerce.










Décideurs

La CLCV demande le maintien des tarifs réglementés du gaz

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois