Carnets de l'Economie

Défaillances d’entreprises : une hausse record en 2022




Anton Kunin
17/01/2023

Après la fin des mesures protectrices en lien avec le Covid-19, le réveil est brutal. Les défaillances d’entreprises affichent une hausse de 49,9% en 2022, du jamais vu, nous apprend le cabinet Altares.


Défaillances d’entreprises en 2022 : 143.000 emplois sont menacés

Jamais le nombre de défaillances d’entreprises n’avait autant bondi en un an. Ce sont 42.500 défaillances qui ont été comptabilisées en 2022, dont 12.256 au quatrième trimestre. En pourcentage, la hausse est colossale : 49,9% d’ouvertures de procédures sur un an, révèle le cabinet Altares.

Cette hausse fait que 143.000 emplois sont menacés, soit 3,4 emplois par entreprise défaillante en moyenne. Les secteurs les plus impactés sont peu ou prou les mêmes que les années passés : il s’agit de la restauration, de la maçonnerie, de la boulangerie, de la coiffure et des cafés. À eux seuls, ces secteurs concentrent 20% des défaillances.

Les défaillances de jeunes entreprises ont quasiment doublé

Et, comme d’habitude, ce sont les petites entreprises qui sont les plus vulnérables : 2022 a vu la disparition de 3.214 PME (jusqu’à 100 salariés). Le nombre de PME défaillantes s’inscrit ainsi en hausse de 78,2%, dont le tiers sur le quatrième trimestre (1.037). Le constat est encore plus préoccupant concernant les jeunes entreprises : dans cette catégorie, le nombre de défaillances est en hausse de 94,2%.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, même avec une telle hausse sur un an, le nombre de défaillances reste inférieur à son niveau de 2019 (10.000 défaillances en moins). Enfin, c’est dans l’Ile-de-France et la Provence-Alpes-Côte-d’Azur que les hausses sont les plus contenues (avec une hausse limitée à 40%). À l’inverse, les Hauts-de-France dérapent de plus de 77%.










Décideurs

La CLCV demande le maintien des tarifs réglementés du gaz

RATP : la grève des conducteurs s’annonce suivie, le trafic « très perturbé »

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois