Carnets de l'Economie

Croissance : la Banque de France mise sur +1,4 % en 2017




Anton Kunin
12/06/2017

Après une progression du PIB de 1,1 % en 2016, la Banque de France s’attend désormais à une croissance de 1,4 % en 2017, puis 1,6 % en 2018 et 2019.


Les exportations redeviendront le principal moteur économique

Selon la Banque de France, en 2017, la croissance française devrait surtout provenir d’un rebond du commerce extérieur, qui devrait être favorisé par une conjoncture mondiale plus clémente. Ce modèle de croissance contraste avec celui de 2015, où elle était surtout due à la demande intérieure, en particulier la consommation privée.

La balance commerciale devrait continuer à rester négative en 2017. En d’autres mots, en termes monétaires, la France importera toujours plus que ce qu’elle n’exportera. Mais cette disproportion devrait être moins importante en 2017. La Banque de France s’attend même à l’entrée de la balance commerciale en territoire positif en 2018 et 2019.

Les entreprises devraient continuer à investir en 2017

L’investissement des entreprises suit une tendance haussière depuis 2013, et elle devrait continuer en 2017. Selon la Banque de France, l’année 2018 devrait même voir le pic de 2008 dépassé. Quant à l’investissement des ménages, il devrait continuer sous l’effet de différentes mesures incitatives (prêt à taux zéro, dispositif Pinel), ainsi que grâce aux taux de crédit peu élevés. En revanche, une fois que ces facteurs auront disparu, les perspectives s’annoncent incertaines, d’autant plus qu’à moyen terme, la pyramide des âges est défavorable à l’investissement logement.

Après un niveau extrêmement bas (0,3 % en 2016), l’inflation devrait augmenter rapidement, passant à 1,2 % sur l’ensemble de l’année 2017. Cette hausse spectaculaire devrait être tirée par la hausse des prix des hydrocarbures.










Décideurs

Les éditions de Fallois en cessation d'activité en décembre

Face à la hausse des prix de l’énergie, le « bouclier tarifaire » du gouvernement

Orange : grève nationale pour une hausse des salaires

La SNCF lance un abonnement pour les télétravailleurs