Carnets de l'Economie

Cellectis et Pfizer vont collaborer dans le domaine de l’oncologie




18/06/2014

Même si Pfizer n’a finalement pas réussi à mettre la main sur son rival britannique AstraZeneca après un feuilleton économique qui a duré des semaines, le géant américain continue sa route et vient d’annoncer un accord stratégique avec le laboratoire Cellectis dans un des domaines de la médecine les plus prometteurs en termes de chiffre d’affaire potentiel : l’oncologie.


cc/Flickr/ Montgomery County Planning Commission
cc/Flickr/ Montgomery County Planning Commission
L’accord signé mercredi 18 juin 2014 entre les deux groupes pharmaceutiques est d’envergure mondiale et vise à développer une nouvelle forme d’immunothérapie. Celle-ci devrait être basée sur des lymphocytes T modifiés de sorte à cibler des récepteurs particuliers.

L’oncologie, soit la recherche d’un traitement contre les différents cancers humains, est un domaine en pleine expansion puisque pour l’instant aucun laboratoire pharmaceutique n’a trouvé de traitement 100% efficace et que de plus en plus de personnes sont atteintes de cette maladie. En s’alliant avec Cellectis, Pfizer devrait bénéficier de la commercialisation de toute nouvelle thérapie qui serait développée.

Selon les termes de l’accord signé entre les deux entreprises, en effet, non seulement les deux laboratoires travailleront ensemble, mais Pfizer détiendra les droits exclusifs des thérapies développées contre 15 cibles. Cellectis, de son côté aura le droit de commercialiser des thérapies contre 12 autres cibles.

Cellectis, dans le cadre de cet accord, bénéficiera d’un paiement initial de 80 millions de dollars ainsi que des financements de la part de Pfizer pour mener ses recherches. Au total, quelques 185 millions de dollars au maximum seront déboursés par Pfizer à Cellectis.

De plus, Pfizer devrait prendre 10% du capital de Cellectis via une augmentation de capital réservée dont l’achat d’un action devrait se faire à un prix environ 30% plus élevé que le prix de fermeture du mardi 17 juin 2014 de Cellectis en Bourse.










Décideurs

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine








Découverte & Lifestyle
Magazine hors norme pour hyperactifs distingués