Carnets de l'Economie

CNIM : une identité forgée dans l’innovation




La Rédaction
18/06/2012

La réussite économique est un art qui se conjugue à trois temps. Tel pourrait être le secret de CNIM qui, arqueboutée sur un passé cencinquantenaire, prépare l’avenir au quotidien.


CNIM : une identité forgée dans l’innovation
 L’entreprise familiale, dirigée depuis juillet 2009 par Nicolas Dmitrieff, regroupe aujourd’hui quelques 3 000 salariés, est présente dans une quinzaine de pays et affiche une belle santé  avec plus de 600 M€ de chiffre d’affaire pour l’année écoulée. Spécialisée dans les ensembles industriels clés en main elle incarne, dans le secteur des grands équipements, une de ces vraies réussites à la française  où la discrétion le dispute à l’inventitivité.
 
Une posture, davantage qu'un coeur de métier
 
Le cœur de métier de CNIM s’inscrit dans trois domaines à très haute exigence technologique : le traitement et la valorisation des déchets,  l’énergie ainsi que la conception et la réalisation de systèmes industriels technologiquelment très avancés.  Pour chacun de ces trois axes de développement, CNIM applique une même recette : l’entreprise se positionne comme une apporteuse de réponses.  Qu’il s’agisse de construire une usine de retraitement de déchets à Bilbao ou de mettre au point des cataramans de débarquement utilisés par la défense, la démarche mise en place par CNIM demeure la même.  Elle imagine, conçoit, fabrique et assure le suivi des ses réalisations. Elle est donc un intervenant de la première à l’ultime étape, capable d’adapter ses réponses industrielles et technologiques aux exigences particulières de ses clients auxquels elle propose des solutions « sur-mesure ».  A l’écoute, elle est présente de la première ébauche à  la mise en service et à la maintenance.
 
Relever un tel défi n’est possible qu’en prenant appui sur un savoir-faire humain. CNIM, c’est d’abord une société où chercheurs, ingénieurs, techniciens, spécialistes de la maintenance et commerciaux travaillent en synergie. Des femmes et des hommes aux parcours différents, tous hautement qualifiés et unis autour d’un enjeu commun: l’innovation et la performance technologique constituent le socle de l’activité de CNIM. C’est d’ailleurs une donnée que l’on retrouve tout au long de son histoire puisqu’elle est toujours parvenue à jouer « un coup d’avance » en matière industrielle, produisant par exemple dès le milieu de la Première guerre mondiale les chars qui, sur le terrain des opérations, allaient faire toute la différence. Aujourd’hui encore, pour l’entreprise, il est essentiel de cerner très en amont les évolutions scientifiques, technologiques, mais aussi sociétales qui vont dessiner les contours de la demande industrielle de demain. 

CNIM : une identité forgée dans l’innovation
Demain sera durable, et il s'invente aujourd'hui
 
L’expertise incontestable de la société en matière d’environnement (la valorisation des déchets et le traitement des fumées génèrent la moitié de son chiffre d’affaires) est fondée sur une anticipation des besoins. C’est parce qu’au début des années 80, les dirigeants ont compris l’urgence d’une démarche industrielle à dimension écologique, c’est parce que les experts de CNIM ont perçu que cette préoccupation de la société avait un impact industriel fort et exigeait une traduction dans nos modes de production, que CNIM est devenu le fabriquant de référence dans le secteur du traitement des déchets.
Le constat précocément posé d’une ère industrielle en devenir–avec la raréfaction des énergies fossiles traditionnelles, la montée en puissance de pratiques et de normes environnementales et l’urgence de la mise en place de bonnes pratiques- a été suivi par le développement d’un nouveau mode de fonctionnement de CNIM. La recherche fondamentale puis appliquée, la transformation de ses résultats en prototypes puis en systèmes industriels constituent les étapes systématiques de l’activité.  Une posture qui exige inventitivité et audace. Une stratégie entrepreneuriale que CNIM applique dans tous les domaines.
 
 Ainsi, c’est parce qu’elle a aussi mesuré l’intérêt grandissant de l’énergie solaire (plus de 10%de l’énergie produite à l’horizon 2050) que CNIM a investi dans cette technologie dans les années 80, en concevant et réalisant la chaudière solaire Thémis, à Targassonne (Pyrénées-Orientales) qui constitue aujourd’hui encore une référence. De même, CNIM a installé sur son site, à la Seyne sur Mer, un pilote en technologie de Fresnel  qui a été inauguré, l’année dernière, par le Ministre de l’industrie. Cette technique de production d’énergie solaire qui évite le recours aux huiles thermiques fortement polluantes est actuellement considérée comme le nec plus ultra dans son domaine. Elle va permettre à l’entreprise de « tester » grandeur nature et surtout d’améliorer encore sa proposition industrielle. Soucieuse d’efficacité, convaincue qu’il faut développer des passerelles entre la recherche fondamentale, la recherche appliquée et le secteur industriel, le groupe CNIM entretient d'ailleurs de longue date d’étroites relations avec des partenaires prestigieux comme le CNRS ou l’Ecole des Mines.
 
Fertilisation croisée
 
La même stratégie d’innovation toujours très en amont s’applique au secteur de la défense et des systèmes avancés.  Leader historique sur plusieurs segments de ces marchés, CNIM s’illustre avec la même force de proposition innovante avec  le projet L-Cat.  Ces catamarans, fruits de longues années de recherche et d’essais, peuvent porter jusqu’à 100 tonnes de charges. Ils  s‘appuient sur une technique qui leur confère une rapidité de déplacement (entre 18 en charge et 30 nœuds à vide)  et une maniabilité réputée hors pair. Bien au delà de leur usage militaire, ils ouvrent des perspectives à toutes les formes d’interventions, notamment dans l’espace d’intervention humanitaire, comme aime le suggérer Nicolas Dmitrieff. En clair, une fois encore, en répondant avec une haute exigence technologique à une demande ciblée, CNIM a mis au point un procédé qui peut être dupliqué dans d’autres circonstances et répondre aux attentes d’autres segments de marché.
 
Cette faculté d’être en amont des attentes, cette extrême attention aux demandes du marché, cette réactivité assise sur ses capacités d’analyse et d’anticipation, est sans aucun doute une des clés de la réussite de la CNIM.  En faisant le choix audacieux d’être une "entreprise–laboratoire", elle s’inscrit dans une dynamique porteuse de sens à son activité. 










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?