Carnets de l'Economie

Banque : des hausses tarifaires à prévoir dans 1 établissement sur 2




Anton Kunin
12/01/2021

Au 1er février 2021, 45% à 61% des banques (selon les profils de consommateurs) appliqueront des hausses tarifaires, prévient l’association Consommation, Logement et Cadre de vie (CLCV).


Les cartes bancaires toujours plus chères

Après une année de gel des tarifs et des hausses modérées en 2020, au 1er février 2021, de nombreuses banques s’apprêtent à procéder à des hausses tarifaires. Le coût d’une carte à débit immédiat augmentera de 1,2% en moyenne (pour un coût annuel moyen de 44,56 euros). La carte à débit différé coûtera 0,4% plus cher (44,71 euros en moyenne), et une carte à autorisation systématique 6,8% plus cher en moyenne (avec un coût moyen de 30,96 euros), a calculé l’association Consommation, Logement et Cadre de vie (CLCV).

Outre les cartes bancaires, les augmentations portent principalement sur les frais de tenue de compte, les retraits aux distributeurs et les virements occasionnels externes en agence. Des opérations peu courantes voient également leurs frais augmenter : pour une succession de 17.000 euros, attendez-vous à débourser entre 85 et 479 euros, voire 616 euros en Outre-mer. Pour un transfert de PEL, il faut prévoir jusqu’à 155 euros de frais.

Banque : en 2021, un « petit consommateur » déboursera en frais 41 euros minimum

S’agissant des profils de consommateurs, un « petit consommateur » doit s’attendre à payer 66,43 euros par an en moyenne. Pour ce profil, la banque la moins chère est le Crédit Agricole Centre Loire (41 euros de frais annuels), d’autres caisses du Crédit Agricole figurant amplement dans le palmarès. Le Crédit Coopératif se classe 5e dans ce palmarès (44 euros de frais annuels), et LCL 8e (44,65 euros de frais annuels). Pour information, le petit consommateur est défini comme quelqu’un ayant besoin d’une carte bancaire internationale Visa ou Mastercard à débit immédiat, de 8 retraits par mois par carte bancaire (dont 2 hors réseau), de 6 paiements mensuels par prélèvement automatique (électricité, gaz, impôts, un téléphone mobile, un crédit extérieur et un loyer) et de l’accès à l’outil de consultation du compte par Internet.

Un « consommateur moyen » paiera 145,39 euros en moyenne, avec là aussi un écart considérable, allant de 88,32 euros au Crédit Agricole Anjou et Maine à 187,40 euros chez Milleis. À part les différentes caisses du Crédit Agricole, une seule autre banque figure au Top 10 : il s’agit de BNP Paribas (100,18 euros de frais par an). Les « gros consommateurs », quant à eux, débourseront 209,94 euros en moyenne, et c’est encore le Crédit Agricole qui monopolise le palmarès des banques les moins chères (la facture la plus abordable étant au Crédit Agricole Centre Ouest (154,80 euros)).










Décideurs

Le malus au poids définitivement adopté par l’Assemblée

BCE : prévision de croissance en zone euro baissée pour 2021

La Cnil épingle Carrefour pour des manquements au RGPD

Black Friday : le report n’interdira pas les promotions sur Internet