Carnets de l'Economie

Amende record pour Airbus




Olivier Sancerre
02/02/2020

Airbus solde un lourd contentieux avec les justices française, britannique et américaine, par le versement d’une amende record de 3,6 milliards d’euros.


3,6 milliards d’euros pour des faits de corruption

En 2016, Airbus déclarait auprès du Serious Fraud Office (SFO) britannique des irrégularités de la part d’une entité interne, Strategy and Marketing Organization (SMO), entre 2008 à 2015. SMO était chargé de la gestion des intermédiaires avec certains pays. L’avionneur européen est allé au devant de la justice afin d’éviter des poursuites, notamment américaines, qui auraient pu être préjudiciables pour son activité. L’affaire a nécessité la coopération entre le SFO, le Parquet national financier (PNF) et les autorités américaines.

La France récupère la plus grosse partie de l’amende, à savoir 2,1 milliards d’euros sur les 3,6 milliards que versera Airbus. Le Royaume-Uni collecte 984 millions d’euros plus 7 millions pour frais de justice. Le ministère de la Justice américain récolte 526 millions d’euros. Par ailleurs, Airbus lui versera 60 millions d’euros supplémentaires pour boucler une enquête sur de fausses déclarations concernant des contrats d’exportation d’armes qui contenaient des composants américains.

Airbus peut aller de l’avant

« C’est une journée historique », salue Jean-François Bohnert, le procureur national financier. « C’est une amende qui sort des sentiers battus ». C’est la sixième convention judiciaire d’intérêt public que le PNF conclut depuis 2017, et aussi l’amende la plus importante jamais infligée dans ce cadre procédural.

Guillaume Faury, le PDG d’Airbus, explique que l’accord scellé avec les justices française, britannique et américaine permet à l’entreprise d’aller de l’avant et de « poursuivre sa croissance de façon durable et responsable ». Même si l’amende représente une grosse part des profits d’Airbus (3,1 milliards en 2018). Mais la menace judiciaire et surtout les possibles interdictions d’accéder aux marchés publics qui pesaient sur l’activité ont poussé l’entreprise à passer un accord.


Tags : Airbus








Décideurs

Canal+ conforté par la justice dans son conflit avec TF1

CVAE : la taxe supprimée, mais en deux fois

La BCE augmente de nouveau ses taux directeurs

France : un « net ralentissement » de l’économie attendu en 2023