Carnets de l'Economie

Air France-KLM : la compagnie rembourse (en partie) son PGE




Paul Laurent
20/05/2022

En faisant entrer le fonds américain Apollo dans une de ses filiales possédant des moteurs de rechanges, Air France-KLM permet de dégager 500 millions d’euros de cette opération.


Renforcement de fonds à hauteur de 4 milliards d’euros

Juste avant l’ouverture de la séance en bourse vendredi 20 mai 2022, la compagnie Air France-KLM a annoncé avoir fait entrer le fonds d’investissement Apollo dans l’une de ses filiales qui est propriétaire de moteurs de rechange. C’est par un communiqué que la compagnie aérienne a annoncé ce dispositif. Cette opération a permis « l'injection de 500 millions d'euros de capital dans une filiale opérationnelle d'Air France, propriétaire d'un parc de moteurs de rechange d'Air France dédiés à son activité d'ingénierie et de maintenance ». 

Cette opération intervient alors que la compagnie franco-néerlandaise a annoncé, début mai, les résultats du premier trimestre de l’année. À cette occasion, le groupe avait mis en avant les outils dont il disposait pour renforcer ces fonds à hauteur de 4 milliards d’euros, soit le montant de son prêt garanti par l’État (PGE). Avec ces fonds supplémentaires, Air France-KLM compte rembourser une nouvelle partie de ce PGE contracté en 2020. Il s’agit ainsi de la deuxième tranche de 500 millions d’euros remboursés aux banques.

Future augmentation de capital

Air France a également émis le souhait de renforcer prochainement son capital. Alors que la France, actionnaire majoritaire d’Air France-KLM, a annoncé qu’elle allait soutenir la compagnie aérienne dans cette démarche, cette dernière a annoncé le 18 mai 2022, qu’un nouvel actionnaire rentrerait à hauteur de 9% au capital d’Air France-KLM. Il s’agit du leader français du fret maritime, l’armateur marseillais CMA CGM. Cette augmentation du capital aura lieu dès que les conditions nécessaires seront réunies. 

Pour la compagnie franco-néerlandaise, ces opérations sont vitales. En effet, tant que l’entreprise n’a pas remboursé 75% de son PGE, elle n’a pas la possibilité d’acquérir plus de 10% d’une autre compagnie aérienne. Or, le secteur, en pleine restructuration, propose de nombreux transporteurs aériens à vendre à prix cassés. Son concurrent allemand, Lufthansa, a, de son côté, remboursé la totalité de ses prêts et peut ainsi se positionner pour des achats. La compagnie allemande a, par exemple, proposé de reprendre ITA, en partenariat avec l’armateur italien MSC.










Décideurs

Pour Moody’s, la Russie a fait défaut sur sa dette souveraine

Elon Musk accusé d’avoir gonflé le cours du DogeCoin

Une hausse de prix à venir pour les abonnements Canal+

GreenYellow : la stratégie gagnante de Jean-Charles Naouri ?