Carnets de l'Economie

220.000 entreprises au chômage partiel




Olivier Sancerre
29/03/2020

Le dispositif de chômage partiel mis en place par le gouvernement au tout début du confinement est massivement utilisé par les entreprises : 220.000 d'entre elles y ont fait appel jusqu'à présent, annonce Muriel Pénicaud.


Un dispositif massivement utilisé

Invitée de l'émission Grand Jury RTL, la ministre du Travail a expliqué que le but du chômage partiel, massivement utilisé, est « d'éviter les licenciements ». Il s'agit « d'éviter la casse sociale » et permettre aux entreprises de « repartir avec leurs compétences ». Un total de 220.000 entreprises y avaient fait appel vendredi 27 mars, ce qui concerne 2,2 millions de salariés. La quasi-totalité des secteurs économiques sont concernés : l'industrie, l'hébergement et restauration, la construction et le commerce non alimentaire, ainsi que les garages « très touchés en ce moment ». Les mesures de confinement strict réduisent fortement l'usage des voitures.

Muriel Pénicaud révèle également que les embauches ont chuté de manière spectaculaire : -70%, et ce dans pratiquement tous les domaines d'activité, exception faite de l'agriculture et de la production de masques. Malgré tout, le chômage partiel fait en sorte que les chiffres du chômage augmentent « très peu » : 20.000 inscriptions supplémentaires durant la troisième semaine de mars par rapport à l'année dernière.

Le chômage augmente peu

« Je redis aux entreprises : ne licenciez pas, utilisez le chômage partiel. Vous garderez vos compétences et vous ne mettrez pas vos salariés au chômage », a martelé la ministre. Elle rappelle que les demandes des entreprises qui n'ont pas eu de réponse en 48 heures sont « réputées acquises », les contrôles ayant lieu après la crise sanitaire.

Pour répondre à la demande dans certains secteurs, le gouvernement a pris des mesures d'assouplissement du code du travail : 60 heures de travail hebdomadaire sous conditions, travail dominical facilité, congés payés imposés… Ce qui a provoqué une bronca parmi les syndicats. Les 60 heures doivent être utilisées « avec parcimonie », indique Muriel Pénicaud. Le sujet n'est pas de travailler plus : « Quand on fabrique des respirateurs, c'est un peu technique. On ne peut pas faire appel à des intérimaires », illustre-t-elle.










Décideurs

Orange : grève nationale pour une hausse des salaires

La SNCF lance un abonnement pour les télétravailleurs

Les salaires des patrons du Cac 40 attendus en hausse

AirBnb écope d'une amende de la DGCCRF pour des mentions légales non conformes