Carnets de l'Economie

​Sylvain Bodet : « en visant la pérennité, nous pouvons engager des développements conséquents »




Capucine Davignon
14/05/2019

Sylvain Bodet et Directeur Marketing et Communication du groupe Bodet. Main dans la main avec son jeune frère Pascal, il prend aujourd’hui le pari de lancer l’entreprise familiale dans l’horlogerie de luxe, rendant ainsi hommage à son arrière-grand-père qui vendait déjà des montres Bodet.


Sylvain Bodet, l’expertise de votre entreprise se concentre autant sur la très « haute technologie » que sur la rénovation d’horloges de clochers. Comment s’articulent les différentes activités de l’entreprise ?
 
L’entreprise est organisée autour de 4 activités, avec comme ADN commun, le temps. Campanaire est l’activité historique. Elle est orientée vers les édifices religieux : Restauration de cloches, cadrans d’édifices, etc., cela représente environ 15 % du CA du groupe. Vient ensuite Time pour 25 % du CA du groupe. L’activité est orientée vers les applications nécessitant un temps précis (Serveurs de temps) ou accueillant du public (gares, aéroports, banques, éducation, santé).
Sport pour 5 % s’occupe des structures accueillant des sports collectifs (Hand, basket, foot, etc.) pour l’affichage des scores et de la publicité : Tableaux de scores, écrans vidéo LED. Enfin Software pour 55 % à destination des RH des entreprises, de la petite structure au grand groupe. On gère dans ce domaine les temps de présence, absences, SIRH, accès et autres.
 
Bodet a su trouver et garder un temps d’avance sur ces compétiteurs. À quoi attribuez-vous cette performance ?
 
Rien n’est jamais acquis, même si nous sommes leaders dans nos domaines, nous sommes toujours en veille, en observation. La R&D technologique et marketing est conséquente chez Bodet, car l’innovation produits est un axe prioritaire pour nous. Tout comme mon père, mon frère et moi avons la chance de pouvoir voyager que ce soit de manière professionnelle ou personnelle : découvrir d’autres cultures, d’autres visions est très enrichissant pour notre métier.
Pour l’anecdote, mon père a créé la division Bodet Software suite à des visites en Allemagne et au Japon.
 
Nous sommes une entreprise familiale. La rentabilité est nécessaire pour le bon fonctionnement d’une entreprise, mais elle n’est pas une finalité en soi. Notre motivation est davantage axée sur la pérennité de l’entreprise. Travailler dans une entreprise qui dispose d’un socle solide est une garantie importante aux yeux de nos salariés. En visant la pérennité, nous pouvons engager des développements conséquents très en amont et qui ne porteront leurs fruits que dans plusieurs années.
 
La famille Bodet a réussi à garder le contrôle de l’entreprise depuis maintenant 150 ans.
Sur quelles bases se fonde cette longévité ?
 
L’entreprise a pu passer de génération en génération sans problème, car sa valeur était relativement faible.  L’entreprise a réellement pris de l’ampleur sous la direction de Jean Pierre Bodet (la 4e génération). Il a commencé il y a plus de 20 ans la transmission à ses enfants Pascal et moi qui en sommes les dirigeants actuels.
 
Le choix de maintenir la production en France était-il pour vous essentiel ?

C’est une fierté de produire localement, même si l’argument de Made In France n’est pas un critère prioritaire dans le choix final du client pour nos produits.
Nous produisons des petites séries. Avoir un outil de production complet, sur place, nous permet de répondre très rapidement à la demande du client.  En maîtrisant la chaîne de production, nous nous assurons de la grande qualité du produit fini.

L’entreprise est leader européen dans son secteur. Comment envisagez-vous la suite de Bodet ?
 
Nos métiers étant très différents, nous avons filialisé les activités en sociétés autonomes (sauf pour les activités Time & Sport qui sont réunies au sein d’une même entité), pour leur donner plus de flexibilité. Chaque société a une stratégie et un plan R&D à 5 ans.
 
Pour l’avenir, nous allons continuer de capitaliser sur nos savoir-faire pour ce qui est du domaine des édifices religieux et des bâtiments du patrimoine. Nous comptons nous développer dans le domaine Time & Sport, notamment à l’export, l’offre étant par nature homogène. En pour l’activité RH nous aurons une offre toujours plus globalisée.
 
Pourquoi vous lancer aujourd’hui dans le secteur de l’horlogerie de luxe ? En quoi ces montres reflètent-elles l’identité de l’entreprise Bodet et de son histoire ?
 
En 2018 nous avons célébré nos 150 ans d’existence. Pour cet évènement, nous souhaitions créer un objet qui reprenne l’histoire et l’ADN de Bodet ; un objet capable d’incarner nos valeurs : sobriété, précision, qualité, mesure du temps. Comme mon arrière-grand-père vendait des montres à gousset dans sa boutique, la création d’une montre est devenue une évidence. Au début du projet (en 2016), la montre devait être un objet commémoratif. Les premiers retours en interne et externe, nous ont donné confiance pour décider de nous lancer dans la commercialisation de montres. Pour l’avenir, nous souhaitons proposer des collections basées sur nos horloges emblématiques. L’objectif n’est pas de faire du volume, mais de proposer des montres de belles factures. Il est évident que les collections garderont un look industriel, l’ADN de Bodet. Cette collection de montres au design épuré a été conçue à partir de deux horloges emblématiques pour Bodet.

Rien n’est laissé au hasard ! La forme du boîtier est directement inspirée de l’horloge à palettes Bodet et le design du cadran est lui, directement inspiré de l’horloge de quai des années 60/70.  L’emballage des montres reprend pour sa part le bois de chêne, comme celui que nous utilisons en campanaire pour maintenir les cloches dans le clocher.
 
















Réflexions
La Revue de Management et de Stratégie est une revue académique, 100% en ligne, spécialisée en sciences de gestion.